Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Renault: Thierry Bolloré conforte son pouvoir avec un nouveau Comex

logo de Challenges Challenges 13/03/2019 Alain-Gabriel Verdevoye
Thierry Bolloré © M. Yalcin/Anadolu Agency/AFP Thierry Bolloré

Le directeur général de Renault remanie le comité exécutif. Une mutation qui se traduit par le départ de Mouna Sepehri, ex-bras droit de Carlos Ghosn.

Thierry Bolloré fait le ménage et imprime sa marque sur "son" comité exécutif, comme le dénomme le communiqué officiel du groupe tricolore (actionnaire de Challenges) dans un souci marqué de personnalisation ! Mouna Sepehri, l'ancienne et très proche collaboratrice de Carlos Ghosn, quittera à compter du 1er avril le comité exécutif du constructeur tricolore. Des documents consultés par l'AFP avaient montré que Mouna Sepehri aurait reçu près de 500.000 euros en quelques années en tant que membre du directoire de l'alliance Renault-Nissan. Elle était la seule dirigeante salariée par la société de droit néerlandais Renault-Nissan BV, selon une source proche du dossier.

Le nouveau directeur général de Renault (depuis le 24 janvier 2019) Thierry Bolloré fait notamment monter au comité exécutif Laurent van den Acker (53 ans, directeur du design), Philippe Guérin-Boutaud (54 ans, directeur qualité et satisfaction client), Ali Kassai (56 ans), qui devient en même temps directeur du produit et des programmes... Des opérationnels avec lesquels Thierry Bolloré a l'habitude de travailler. Parmi les nouveaux entrants au comité exécutif, certains n'ont rejoint que récemment Renault, comme François Renard (arrivé en novembre 2018 au poste de directeur du marketing) ou François Roger (directeur adjoint puis directeur des ressources humaines depuis juin 2018). Du sang neuf.

Un double changement en une semaine

L'annonce du nouveau comité exécutif de Renault intervient au lendemain de celle d'une nouvelle structure de pilotage de l'Alliance franco-japonaise, qui sera présidée par le président de Renault, Jean-Dominique Senard. Ce nouveau conseil de l'Alliance sera désormais le seul organe de supervision des opérations et de la gouvernance entre Renault, Nissan et Mitsubishi, en lieu et place de RNBV (Renault Nissan BV) et NMBV (Nissan Mitsubishi BV), les deux entités de droit néerlandais qui ont été souvent critiquées.

Les directeurs généraux de Renault, de Nissan et de Mitsubishi Motors, respectivement Thierry Bolloré, Hiroto Saikawa et Osamu Masuko, siègeront également à ce conseil opérationnel, dont les accords formels de création seront signés à l'occasion du vingtième anniversaire de l'alliance qui doit être célébré officiellement le 27 mars prochain. Les accords avaient été alors signés à Tokyo au siège du patronat nippon. Le nouveau conseil se réunira chaque mois, à Paris ou Tokyo, et ses décisions opérationnelles seront fondées sur le consensus.

Assemblée des actionnaires de Nissan

Dans un souci diplomatique, Jean-Dominique Senard a toutefois renoncé à prendre la présidence de Nissan, dont Renault détient 43,4% du capital. L'éventuelle arrivée du français à la tête (non opérationnelle) de Nissan provoquait en effet des oppositions au sein de la firme japonaise, jalouse de son indépendance. L’heure est aujourd’hui à la détente entre Renault et Nissan, dont les relations ont été malmenées suite à l'arrestation de Carlos Ghosn en novembre au Japon. Le conseil d'administration de Nissan a proposé, début février, la nomination de Jean-Dominique Senard au poste d'administrateur, en remplacement de Carlos Ghosn, destitué de la présidence du groupe nippon le 22 novembre dernier. Cette désignation ne sera toutefois effective qu'après approbation des actionnaires lors d'une assemblée générale extraordinaire fixée au 8 avril prochain. Nissan a accepté la convocation de cette assemblée générale qui avait été vainement réclamée en décembre par Renault.

Vendredi 15 mars doit se réunir le conseil d'administration de Renault, lequel doit en principe fixer la rémunération de son ex-PDG Carlos Ghosn pour l'année 2018. Il devrait aussi fixer celle de Jean-Dominique Senard. L'assemblée générale des actionnaires du constructeur au losange doit, elle, se tenir le 12 juin prochain.

Publicité
Publicité

Plus d'infos : Challenges.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon