Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Tiphaine Auzière, la fille de Brigitte Macron : “Je suis confrontée à la violence tous les jours”

logo de Gala Gala 09/10/2019 Mathieu Lecerf
Tiphaine Auzière, la fille de Brigitte Macron : “Je suis confrontée à la violence tous les jours” © Bestimage Tiphaine Auzière, la fille de Brigitte Macron : “Je suis confrontée à la violence tous les jours”

Ce mercredi 9 octobre était lancée la plateforme contre les violences conjugales, événement auquel participait Tiphaine Auzière. La fille cadette de Brigitte Macron qui se dit confrontée quotidiennement à la violence a répondu ce soir aux questions de Thomas Soto sur RTL.

C'est aujourd'hui, mercredi 9 octobre, que s'opérait le lancement de la plateforme contre les violences conjugales, un projet porté par une multitude de personnalités dont Tiphaine Auzière, la fille de Brigitte Macron. La jeune femme de 35 ans, qui s'était récemment fait remarquer en soutenant sa maman contre les attaques sexistes du gouvernement brésilien, mais aussi en se faisant harceler par un maître-chanteur, était ce soir l'invitée de Thomas Sotto sur RTL pour évoquer cette belle initiative.

La fille cadette de la Première dame - Brigitte Macron a deux autres enfants : Laurence, 42 ans, et Sébastien, 44 ans - confirme tout d'abord les paroles de Marlène Schiapa qui déclarait récemment "Aucune femme n'échappe à la violence" : "Je partage totalement son opinion. J'ai la chance de ne pas y avoir été confrontée personnellement. J'y suis en revanche confrontée professionnellement tous les jours." La jeune femme, avocate à Boulogne-sur-mer, est effectivement, de par sa profession, familière d'une certaine violence domestique : "Ça concerne toutes les femmes, de tous les milieux sociaux, de tous les âges. C'est réellement un fléau quotidien pour tout le monde."

Vidéos suggérées
VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Touchée par cette cause, confrontée à ce problème au quotidien, il lui paraissait normal de s'impliquer personnellement dans ce projet : "Je le fais parce que c'est nécessaire", a-t-elle martelé au micro de Thomas Soto, avant de préciser qu'il ne s'agissait en rien d'un acte politique : "J'ai deux casquettes : maman et avocate. Je pense qu'il y a énormément de gens qui font beaucoup de choses sur le terrain sans faire de la politique. La politique n'est ni mon ambition, ni mon souhait."

Publicité
Publicité

Plus d'info : Gala.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon