Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

VIDEO Christophe endetté avant sa mort ? Son héritage pose question

logo de Voici Voici 29/05/2020 La rédaction Voici
VIDEO Christophe endetté avant sa mort ? Son héritage pose question © NRJ 12 VIDEO Christophe endetté avant sa mort ? Son héritage pose question

Christophe nous a quittés le 16 avril dernier. Alors que sa succession n’a pas encore été actée, plusieurs personnalités ont estimé dans le dernier numéro d’Héritages sur NRJ 12 que le chanteur était sans doute « à sec », voire très endetté.

La disparition de Christophe a bouleversé ses proches et ses très nombreux admirateurs. Le chanteur s’en est allé le 16 avril dernier, emporté par un emphysème, laissant derrière lui une œuvre riche et… une succession qui pose aujourd’hui question. Ce jeudi 28 mai, Jean-Marc Morandini consacrait un numéro d’Héritages à cet artiste qui a, de l’avis de plusieurs intervenants, été très dépensier. « C’est quelqu’un qui est capable de flamber énormément d’argent. Il a des passions qui sont ruineuses », a par exemple expliqué Henry Chartier, l’auteur de la biographie Christophe : le beau bizarre. Le chanteur avait notamment un goût prononcé pour le jeu, qui lui a fait perdre plus d’une voiture de luxe… A la fin de sa vie, Christophe avait effectué un dernier achat très coûteux : un appartement pour sa fille Lucie. Si l’on ajoute à cela son train de vie et le fait qu’il n’était pas propriétaire de son appartement à Montparnasse, on peut logiquement se demander s’il lui restait quelque chose. « Si on en croit ce qui s’est raconté dans les journaux, les comptes étaient plutôt à sec », a tranché Henry Chartier, qui n’est pas le seul à le penser.

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Christophe était-il endetté au moment de sa mort ?

Christophe « s’est fait plaisir toute sa vie », a rappelé Fabien Lecoeuvre, l’ancien attaché presse de son ex-compagne Michèle Torr. « Il a dépensé beaucoup beaucoup d’argent, a-t-il assuré. Donc sincèrement, je pense que les comptes en banque sont vides. Il y a beaucoup de dettes, à mon avis, en cours. Beaucoup d’impôts pas payés, de redevances, de choses comme ça… » Cela serait cohérent avec le côté flambeur assumé du chanteur. Dans une interview pour Voltage, Christophe avait expliqué son mode de fonctionnement plutôt risqué : « Quand j'avais un disque qui arrivait et qui cartonnait, c'était bon parce que j'avais souvent six ans, sept ans de retard, où j’avais bien plongé. Et il fallait que je règle mes dettes. » Reste désormais à savoir dans quelle phase de ces montagnes russes financières il se trouvait au moment de son décès.

Mais quoi qu’il en soit, la ou les personnes qui obtiendront son héritage pourront compter sur un trésor : ses chansons. Entre 1983 et 2018, le seul tube Succès Fou avait généré près de 1,5 million d’euros de royalties. Pour l’avocat Nicolas Rebbot, interrogé dans Héritages, son catalogue « peut représenter quelques centaines de milliers d’euros, facilement ». Son biographe Henry Chartier abonde dans ce sens : les tubes de l’artiste devraient éponger aisément d’éventuelles dettes. « Les rentrées financières vont continuer, parce qu’il y a un certain nombre de chansons qui marchent très bien, a-t-il expliqué sur NRJ 12. Donc les rentrées de droits d’auteur, de royalties, vont continuer à rentrer. » Et elles pourraient bien être colossales.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Voici.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon