En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Arthur : l'animateur revient sur sa longue dépression et la psy qui lui a sauvé la vie

logo de Terrafemina Terrafemina 12/08/2017

Aujourd'hui compagnon de Mareva Galanter, présentateur d'une émission qui cartonne, Arthur - de son vrai nom Jacques Essebag - a dû, au milieu des années 2000, faire face faire face à un mal qui touche des milliers de Français : la dépression. Aujourd'hui guéri, mais fragilisé, l'animateur s'est confié dans les colonnes du Point sur cette période sombre de sa carrière.

Arthur : l'animateur revient sur sa longue dépression et la psy qui lui a sauvé la vie © BestImage, Denis Guignebourg Arthur : l'animateur revient sur sa longue dépression

"En 2006, nous vendons la deuxième tranche d'Endemol, je joue Le Dîner de consavec mon meilleur ami, Dany Boon, à guichets fermés. Je n'ai aucun souci à l'horizon. Je suis l'homme le plus heureux du monde sur le papier, raconte-t-il. Mais je suis en dépression, d'une mélancolie inexplicable."

Le trublion du PAF explique qu'un soir, après l'avoir consolé, Dany Boon lui laisse le numéro d'une psychologue sur un post-it. C'est elle qui va aider Arthur à prendre le chemin de la guérison. "On ne s'est plus quittés pendant de longues années. Elle m'a écouté, et certainement sauvé...", estime aujourd'hui, reconnaissant, l'animateur.

"Je pense que ma vie était comme un dressing en bordel, avec plein de vêtements et de souvenirs en boule, et ma psy les a pris un par un en disant : 'Est-ce qu'on jette ça, ou on le plie correctement avant de le ranger sur l'étagère ?' Un gros chantier."

Aujourd'hui, Arthur va mieux. "Après de nombreuses années d'analyse, j'ai réconcilié Jacques, le gars timide de Massy, avec Arthur, à l'ego supérieur à la moyenne. Ce "très gros travail" d'analyse n'est pourtant pas encore terminé, reconnaît-il. Des peurs, des phobies sont toujours là, présentes dans un coin de son esprit. L'animateur confie ainsi avoir toujours une peur incontrôlable de mourir. Mais là encore, il a trouvé une parade : l'auto-médication. "Je soigne mon hypocondrie en devenant pharmacien. Avant, j'avais tout le temps peur d'être malade. Maintenant, je sais comment me soigner tout seul ! Je m'auto-prescris, j'exerce une pratique illégale de la médecine", s'amuse-t-il.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Terrafemina

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon