Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

L’humoriste Vincent Dedienne a appris qu’il avait été adopté d’une étrange façon

logo de Gala Gala 05/10/2017 Prisma Media

Chantre de l’au­to­dé­ri­sion, Vincent Dedienne vient de confier à nos confrères de Paris Match, comment sa mère lui a appris son adop­tion. Une confi­dence à son image… émou­vante.

vincent-dedienne: 00341225_000019 © Prisma Media 00341225_000019

Mâcon, février 1987. Vincent Dedienne naît de parents inconnus et grandit à quelques kilomètres de là, au milieu des vignes. « Une enfance heureuse » avec ses parents adoptifs comme il l’avait confié l’année dernière à nos confrères des Inrockuptibles. Un an plus tard, c’est au tour de Paris Match de s’être entretenu avec « Le garçon le plus drôle de France ? ». L’occasion d’en apprendre un peu plus sur le chroniqueur de Quotidienqui se produit actuellement sur les scènes de France avec son spectacle S’il se passe quelque chose…

 

Un entretien au cours duquel il a remonté le fil de son histoire : ses années lycée, son homosexualité, son amour de la littérature et pour Muriel Robin, et bien évidemment ses parents. L’occasion ainsi d’apprendre la façon dont sa mère lui a annoncé qu’il avait été adopté. Il explique : « Un jour, à l’école, le maître nous a réunis pour nous annon­cer qu’un de mes cama­rades avait été adopté. En rentrant chez moi, ma mère était sur la machine à coudre en train de reprendre l’un de mes panta­lons, je lui raconte l’his­toire. Et là, elle m’a dit : "Ah oui, Adrian a été adopté. Eh bien, toi aussi." Et ça a été la fin de l’his­toire. »

Et si l’on pouvait penser que sonnait en lui le désir de connaître ses parents biologiques, l’humoriste de 30 ans indique n’avoir « aucune raison d’aller chercher ailleurs ». « En vérité, ça me plaît plutôt d’être une énigme, même si je suis l’exemple type d’adop­tion réus­sie, poursuit-il. Il faut dire que mes parents sont géniaux… Et tout ce que je vis aujourd’­hui, c’est grâce à eux. » C’est ainsi que décision a été prise dans la famille de regarder ce début de vie compliqué avec humour : « Ma mère est frisée et un peu métisse. Souvent on lui dit : "Oh bah, Vincent, ça se voit que c’est votre fils." Ça nous fait rire. Elle est très drôle aussi, elle a un vrai sens de l’autodérision. »

Publicité
Publicité

Plus d'info : Gala.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon