En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Quand Diane Kruger envoûte Toronto

Logo de ParisMatch ParisMatch | Diapositive 1 sur 10: <p>Diane Kruger à l'avant-première de "In the Fade" au Festival de Toronto, le 12 septembre 2017.</p>

Diane Kruger à l'avant-première de "In the Fade" au Festival de Toronto, le 12 septembre 2017.

Venue présenter son nouveau film, l’actrice allemande, Diane Kruger, a fait forte sensation sur le tapis rouge canadien.

Robe asymétrique métallisée, regard magnétique et boucles d’acier, Diane Kruger avait vraiment décidé d’ensorceler son public. Présente au Festival de Toronto (Tiff) pour l’avant-première de «In the Fade» de Fatih Akin, la belle a usé de sa magie habituelle pour séduire la foule. Dans sa tenue pailletée, l’actrice a défilé avec son aisance d’ancien mannequin et a impressionné par sa présence et son pouvoir hypnotique. Une véritable déesse futuriste descendue sur Terre pour charmer les Hommes.

Avec ses faux airs de femme fatale, Diane Kruger jouait mardi de son esthétique glacial et déstabilisant. Les yeux clairs, la peau diaphane et une chevelure d’or. Un physique de reine des neiges tout aussi fascinant qu’enchanteur. Mais bien plus que sa beauté, l’ex-top model venait ici défendre son talent et faire briller ce long-métrage, qui lui a déjà énormément apporté.

L’année de la consécration

Avec «In the Fade», son tout premier projet entièrement en langue allemande, Diane Kruger rencontre le succès qu’elle a attendu toute sa carrière. Bien que ses seconds rôles aient souvent été applaudis par la critique, c’est la première fois qu’elle incarne un personnage de cette envergure. Cette fois-ci, c’est elle la tête d’affiche. C’est elle la star. Un nouveau statut qui lui va bien et qu’elle assume avec bonheur et passion.

En mai dernier, elle recevait le prix d’interprétation féminine au Festival de Cannes. Une fabuleuse récompense pour saluer sa performance impressionnante en mère désespérée et avide de justice. Bientôt, une nouvelle compétition de taille pourrait s’ouvrir devant elle avec les Oscars. Le film est déjà sélectionné pour représenter l’Allemagne dans la catégorie «meilleur film étranger», mais Diane Kruger peut, elle, espérer une nomination pour la «meilleure actrice». Un nouveau titre qui marquerait alors l’année de sa consécration.

© VALERIE MACON / AFP

Plus d'infos : Parismatch

image beaconimage beaconimage beacon