En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Stromae, souffrant d'hallucinations, a cru "avoir basculé dans la folie"

logo de Gala Gala 20/03/2017 Prisma Media
STROMAE Stromae, souffrant d'hallucinations, a cru "avoir basculé dans la folie"

Le chanteur explique pourquoi il a dû arrêter sa tournée africaine.

Il y a quelques mois, Stro­mae annonçait qu’il voulait rester « dans l’ombre » et qu’il « n’avait pas envie de chan­ter ». Pour autant, il est loin de rester inactif.  

Après le carton phéno­mé­nal de son album Racine Carrée, vendu à deux millions d'exem­plaires depuis sa sortie en 2013, Stromae a décidé de se diversifier. Il a notamment lancé sa propre marque de vête­ments avec sa compagne et styliste, Cora­lie Barbier, Capsule n°1, une première série de polos et de chaus­settes qui reprennent l’am­biance du clip de Papaou­tai, avant de reprendre sa casquette de musicien pour la chanteuse Vitaa. En février, elle officialisait cette colla­bo­ra­tion inat­ten­due avec le chan­teur belge en publiant des clichés d'eux en studio sur son Insta­gram. 

Une pause bien méritée après ces années folles entre concerts, tournées et paparazzades. Dans le quoti­dien Libé­ra­tion de ce vendredi 17 mars, le chanteur revient sur une période sombre de son passé. À l’été 2015, Stromae était en pleine tour­née en Afrique lorsqu’il a dû être rapatrié de Kinshasa vers la Belgique, pour "urgence médicale"

La presse belge s’était enflam­mée samedi après-midi et les rumeurs les plus folles avaient alors été évoquées. Certains parlaient d’un problème dans la rétri­bu­tion de son équipe, d'autres évoquaient aussi un soucis de visas pour certains membres de la tech­nique, ou encore préten­daient que le chan­teur aurait reçu des menaces. Selon ses produc­teurs, le chan­teur avait « subit les effets secon­daires sérieux d'un trai­te­ment prophy­lac­tique (préven­tif) anti­pa­lu­dique ». 

Dans le quotidien, Stromae raconte ce qu'il s'est réellement passé. « Ça, c’est un sujet déli­cat pour moi. Je ne dormais plus, la date du concert au Rwanda appro­chait. La première fois que j’y suis allé, j’avais six ans. Et vous le savez, mon père s’est fait tuer pendant le géno­cide. Après 150 dates, j’étais à plat. Je n’ai pas supporté mon trai­te­ment anti-palu­disme, ça m’a filé des hallu­ci­na­tions. J’ai cru que j’avais basculé dans la folie, on m’a diagnos­tiqué une décom­pen­sa­tion psychique. J’au­rais pu faire une conne­rie, je n’étais plus moi-même. » 

Il aura fallu au prodige belge un mois et demi de repos avant qu'il puisse reprendre son marathon en passant par les Etats-Unis, avant finir sa tournée mondiale en apothéose à Kigali, au Rwanda, dans la patrie d’ori­gine de son père.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Gala.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon