Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Intempéries : le télétravail, une organisation qui tombe à pic pour éviter "l'absentéisme et les retards"

logo de Franceinfo Franceinfo 08/02/2018 Franceinfo
Les entreprises qui pratiquent le télétravail peuvent tirer leur épingle du jeu en cette période de neige et de verglas, en renforçant une organisation déjà rôdée.
© Fournis par Francetv info

L'Ile-de-France tourne au ralenti en raison des intempéries. À nouveau, jeudi 8 février, la préfecture de région conseille aux automobilistes de ne pas utiliser leurs véhicules. De nombreux salariés ne sont pas allés travailler en raison de la neige hier, le code du travail le leur permettant. Des entreprises ont, elles, contourné le piège de la météo en renforçant le télétravail.

Dans les grandes sociétés où il existe déjà, comme Safran, EDF, PSA, le télétravail tombe à pic. C'est aussi le cas pour Accenture, une entreprise de conseil à Paris, dont de nombreux employés ont pu, mercredi, assurer leurs missions depuis chez eux. Marc Thiollier, secrétaire général de l'entreprise, est, lui, venu au bureau, puisqu'il habite à proximité. Il a mis en place le plan B qui permet à la société de tourner, malgré la météo. "Tous les gens qui habitent loin, dans des zones qui ne sont pas bien desservies ou pour qui les transports en commun sont perturbés, sont prioritaires pour télétravailler", explique-t-il. Avec cette organisation, seulement 500 salariés étaient présents au siège parisien de l'entreprise, contre 1 000 en temps normal.

Un système gagnant-gagnant

Le secrétaire général d'Accenture estime que cet ajustement de l'organisation du travail permet un confort pour les employés, mais aussi un gain pour l'entreprise.

Ça nous évite de l'absentéisme et des retards. Je préfère que les gens soient à leur poste, à l'heure, depuis chez eux, plutôt qu'ils arrivent avec deux heures de retard.

Marc Thiollier, secrétaire général d'Accenture

à franceinfo

Si la situation perdure, l'entreprise peut tenir plusieurs jours dans cette configuration. "Il suffira d'organiser les choses pour que les gens qui habitent à proximité puissent se relayer pour venir au bureau, effectuer les tâches qui nécessitent une présence physique, parce qu'il en restera toujours un peu", prévoit Marc Thiollier.

D'ailleurs, le télétravail est nécessaire pour éviter l'effet domino des intempéries, reconnaît aussi le dirigeant. À cause de l'interdiction de circuler pour les camions, la cantine d'Accenture n'est plus livrée et elle ne pourrait pas nourrir tous les salariés.

Publicité
Publicité

PLUS D’INFO : FRANCEINFO

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon