Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Le gouvernement va continuer de baisser les contrats aidés en 2019

logo de Le Figaro Le Figaro 16/04/2018 Julie Ruiz

Dans son programme de stabilité pour les années 2018-2022, présenté la semaine dernière à l'Assemblée, le gouvernement prévoit une nouvelle baisse des contrats aidés.

figarofr: Le contrat d'avenir a été créé en 2017. Ce type d'emploi aidé est destiné à des jeunes de 16 à 25 ans peu ou pas qualifiés. © REMY GABALDA/AFP Le contrat d'avenir a été créé en 2017. Ce type d'emploi aidé est destiné à des jeunes de 16 à 25 ans peu ou pas qualifiés.

Après les baisses de 2017 et 2018, le gouvernement semble vouloir poursuivre la cure d'amaigrissement des contrats aidés. Dans le «Programme de stabilité» transmis aux partenaires européens et présenté aux députés en fin de semaine dernière, le gouvernement annonce un avenir favorable sur le terrain de l'emploi, relève Les Echos. L'État entend donc profiter d'une forte dynamique d'embauches pour baisser encore le nombre de contrats aidés, jugés coûteux et inefficaces par la Cour des comptes.

Lancé en 1984 par Laurent Fabius, ce dispositif vise à favoriser l'insertion des personnes les plus éloignées du marché du travail. Il a depuis été souvent épinglé par la Cour des comptes. Le gendarme des comptes publics accuse les gouvernements successifs d'avoir largement utilisé ce type de contrat pour faire dégonfler les chiffres du chômage. Il a aussi pointé le fait que ceux-ci avaient fait l'objet de dérapages financiers conséquents et «récurrents».

La réduction annoncée pour l'année 2019 devrait avoir un impact négatif sur l'emploi non marchand. Dans son rapport, le gouvernement anticipe une contraction de 25.000 postes pour l'année 2019 «du fait d'une nouvelle réduction des enveloppes de contrats aidés», précise-t-il sans donner le nombre de contrats qui seront supprimés. Cette prévision est similaire à celle pour l'année 2018, qui a aussi connu une baisse importante et controversée du nombre de contrats aidés. Pour rappel, ils étaient passés de 320 000 à 200 000.

Un optimisme pas «irréaliste»

Mais le gouvernement a bon espoir de voir cette contraction être largement compensée par le climat favorable du marché du travail. Dans son Programme de stabilité, le gouvernement prévoit la création de 225.000 postes en moyenne annuelle pour 2019 dans le secteur marchand, une prédiction assez proche de celle de 2018 (250.000 postes créés) et de la progression effectivement constatée en 2017: 240.000 postes créés .

Cet optimisme n'est pas jugé «irréaliste» par le Haut conseil des finances publiques (HCFP). Ce dernier affirme que la prévision du gouvernement «est cohérente avec le niveau très élevé de l'indicateur du climat de l'emploi dans les enquêtes de conjoncture de l'Insee». Même si, selon le Haut conseil, la belle dynamique pourrait être ternie par un certain affaiblissement du soutien à l'emploi (avec l'extinction totale de la prime à l'embauche et la baisse du taux de CICE).

Une variation qui ne semble par inquiéter le gouvernement. Ce dernier compte sur la bascule du CICE en allégement de charges pour entretenir cette dynamique favorable, même avec une croissance attendue en léger recul.

Toujours sur une note optimiste, cette embellie devrait aussi permettre de soulager la tension sur les comptes publics. En effet, le programme présenté par le gouvernement table, grâce à la baisse du chômage, sur «un retour à l'équilibre de l'Unédic dès 2019», alors qu'un léger déficit était encore prévu. D'une façon plus générale, ce sont l'ensemble des comptes sociaux qui devraient profiter de cette baisse.

» LIRE AUSSI - Vers la fin du déficit de l'assurance-chômage en 2019?

Reste maintenant à savoir si le Conseil européen posera sur l'avenir des comptes publics français un regard aussi confiant que le gouvernement. Celui-ci rendra son verdict en juin ou en juillet, après que les institutions européennes auront examiné le Programme de stabilité. Ledit verdict devra être pris en compte par Bercy au moment de construire le prochain projet de loi de finances.

Publicité
Publicité

Plus d'info : le figaro.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon