Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Suppression de la taxe d'habitation : "Ceux qui se serreront la ceinture, ce sont les citoyens"

logo de Franceinfo Franceinfo 04/10/2017 Franceinfo

André Laignel, premier vice-président délégué de l'Association des maires de France, a exprimé son indignation, mercredi sur franceinfo, quant à la suppression partielle de la taxe d'habitation alors que les élus de l'Eure manifestent.

© Fournis par Francetv info

Les élus locaux ne décolèrent pas devant la suppression partielle de la taxe d'habitation pour 80% des Français, à l'horizon 2020. "Quand on dit que les maires vont devoir se serrer la ceinture, c'est une aberration. Ceux qui se serreront la ceinture, ce sont les citoyens", a dénoncé André Laignel, premier vice-président délégué de l'Association des maires de France, mercredi 4 octobre sur franceinfo, alors que plusieurs dizaines de maires de l'Eure protestent, mercredi.

franceinfo : Est-ce que vous soutenez cette action des maires de l'Eure ?

André Laignel : Oui, nous soutenons toute action qui permet de faire reculer le gouvernement qui étouffe les collectivités territoriales. Nous avons subi un été calamiteux puisqu'on nous propose de baisser nos moyens de 13 milliards d'euros sur les cinq années du quinquennat. On nous supprime 120 000 emplois aidés. On remet en cause la politique du logement avec la réforme des APL. Cela a un impact très fort sur le vivre-ensemble dans nos communes.

Est-ce qu'il y a un risque de faillites des collectivités ?

Je n'emploierais pas le mot faillite, car les collectivités territoriales ne peuvent pas être en déficit. Mais il y aurait un écroulement supplémentaire de nos investissements si tout cela était maintenu. Il faut savoir que, sur les trois dernières années, ils ont déjà baissé de 25%. Les investissements sont ce qu'on peut faire au service de nos concitoyens. Si on continue, ce sont les services publics qui devront être privatisés ou qui cesseront d'être rendus.

Quelle est votre marge de manœuvre ?

Nous irons devant le Conseil constitutionnel si nécessaire, mais il faut d'abord que la loi soit votée. Cette décision du gouvernement est une remise en cause de la libre administration des collectivités territoriales et un recul de l'égalité entre les territoires. Vous avez des territoires où quasiment toute la population sera exonérée de la taxe d'habitation, pendant qu'à Neuilly ou Paris, une immense majorité de la population continuera de payer cette taxe. Ce sont bien entendu les territoires où il y a le plus de gens en difficulté qui se retrouveront avec des services publics affaiblis voire supprimés.

Publicité
Publicité

PLUS D’INFO : FRANCEINFO

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon