Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Après les faux kiwis, voici les fausses fraises françaises

logo de Capital Capital 22/06/2019 Annick Berger
Après les faux kiwis, voici les fausses fraises françaises © Bloomberg / Contributeur / Getty Images Après les faux kiwis, voici les fausses fraises françaises

Dans le Lot-et-Garonne des fraises certifiées françaises provenaient en réalité d’Espagne.

C’est la deuxième affaire en trois mois. Après l’affaire des kiwis italiens, c’est au tour des fraises d’être visées par une enquête. Selon Le Figaro, si l’affaire est de moindre ampleur, elle reste inquiétante : un producteur du Lot-et-Garonne, premier département français pour la production de fraises, aurait commercialisé des produits récoltés en Espagne et non sur le territoire hexagonal comme annoncé.

C’est le président de l’association des organisations de producteurs (AOP) nationale de la fraise, qui regroupe une trentaine de cultivateurs, qui a contacté le service de la répression des fraudes en mars dernier. Selon Xavier Mas, des palettes de fraises censées être françaises, mais produites en Espagne, ont été découvertes dans une coopérative du département. Une première selon l’association qui craint que ce type d’affaires ne devienne une habitude.

La traçabilité : enjeu majeur

Les fraises incriminées étaient notamment vendues dans un supermarché d’Agen. Plusieurs palettes de fraises espagnoles ont ainsi été retrouvées au sein de la coopérative. Cependant, dans ce cas, l’association de producteurs en charge de la commercialisation de ces fraises pourrait ne pas être en cause : La Dépêche explique qu'elle aurait eu recours à un intermédiaire pour compléter se récolte de fraises rondes. C’est cet intermédiaire qui lui aurait vendu des produits facturés somme "origine France". Une enquête a été ouverte pour déterminer des responsabilités de chacune et évaluer l’ampleur de cette pratique.

Les questions sur la traçabilité des produits alimentaires deviennent de plus en plus centrales, face à des affaires qui se multiplient. Après le scandale des lasagnes à la viande de cheval en 2013, la question de la traçabilité des produits est devenue l’une des questions majeures des consommateurs. En 2018, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) avait également révélé que 12% des kiwis vendus comme Français étaient en fait italiens, soit 15.000 tonnes de produits écoulés en trois ans. 

Téléchargez l'application Microsoft News pour Android ou iPhone, et soyez ainsi toujours au courant de l'actualité.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Capital.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon