Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Électrique, diesel, low cost: les objectifs du nouveau plan stratégique de Renault

logo de Le Figaro Le Figaro 06/10/2017 Le figaro.fr
figarofr: Carlos Ghosn, patron de Renault. © ERIC PIERMONT/AFP Carlos Ghosn, patron de Renault.

Baptisé «Drive the Future», ce nouveau plan, qui court jusqu'en 2022, prévoit notamment un bond de 40% du volume des ventes. Les efforts seront concentrés sur les pays émergents et l'électrique.

Après «Drive the Change», place à «Drive the Future». Le nouveau plan stratégique de Renault, présenté ce vendredi, pour la période 2017-2022, fixe à l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi des objectifs ambitieux. Amélioration de la compétitivité du groupe, élargissement de la gamme low cost, nouveaux véhicules électriques... Les annonces sont nombreuses. «C'est un plan de croissance, dans une grande discipline financière. Je suis très confiant pour le Renault de 2022», résume Carlos Ghosn qui a accordé un entretien exclusif auFigaro.

Voici les principales mesures de ce plan:

• Faire grimper les ventes de plus de 40%

Renault se donne pour objectif d'atteindre 5 millions de véhicules vendus d'ici la fin du plan contre 3,47 millions en 2016, en incluant Avtovaz, le fabricant russe des Lada (hors Avtovaz, Renault a vendu 3,18 millions de véhicules l'année dernière). Cela représente un bond de 44% des volumes de ventes.

• Atteindre 70 milliards d'euros de chiffre d'affaires

L'entreprise au losange espère dégager à la fin du plan un chiffre d'affaires annuel de plus de 70 milliards d'euros contre 51 milliards en 2016. Le groupe vise également une marge opérationnelle de plus de 7%, avec un plancher à 5%, et un flux de trésorerie positif chaque année. «Drive The Future s'appuie sur les solides fondations établies par le dernier plan du groupe Renault Drive the Change, qui a généré une croissance et un bénéfice d'exploitation records», explique le groupe dans son communiqué. Pour rappel, le groupe au losange a dégagé en 2016 un bénéfice net de 3,54 milliards d'euros.

• Réduire la dépendance à l'Europe

Renault prévoit de réduire sa dépendance vis-à-vis de l'Europe, où il a réalisé encore 56,7% de ses ventes en 2016 (environ 1,8 million d'unités). Il table sur un «doublement des ventes en dehors de l'Europe» avec une «accélération des activités en Chine», le plus gros marché automobile mondial où il veut écouler 550.000 unités en 2022 contre 35.000 en 2016. Le groupe vise aussi un renforcement de sa présence en Russie. Les ventes de Lada devraient doubler. Autres objectifs: le Brésil, l'Inde et l'Iran. Au final, le poids de l'international (hors Europe) va passer de 48% en 2016 à plus de 60%. Les ventes en Europe devraient rester stables.

• Élargir la gamme à bas coût et l'électrique

Renault veut développer sa gamme avec 21 nouveaux véhicules. Côté électrique, le constructeur veut «rester leader»: il proposera 8 modèles électriques et 12 modèles hybrides, un segment dont Renault était jusqu'ici absent. La stratégie low cost, l'une des grandes réussites du groupe depuis la première Logan, sera également déclinée dans cette technologie avec le lancement en Chine de modèles abordables, et dans l'hybride avec une «technologie abordable unique». Sur ce secteur, Renault élargira aussi son offre avec l'arrivée de la famille Kwid et un agrandissement de la gamme Dacia, notamment le lancement d'un grand frère du SUV à succès Duster, mais aussi avec l'utilisation de la marque russe Lada pour pénétrer de nouveaux marchés. Au final, Renault a annoncé qu'il comptait porter à deux millions d'unités ses ventes low cost à travers le monde.

• Diviser la part du diesel de 50%

«Sur le diesel, nous allons ramener notre gamme de trois familles de moteurs, à une (...), notre offre diesel sera réduite de 50% d'ici 2022», a annoncé Thierry Bolloré, directeur délégué à la compétitivité de Renault.

• Embaucher 35.000 personnes

Le groupe prévoit 35.000 embauches à l'échelle mondiale pendant la durée du plan, tout en précisant qu'«une très grande partie de ces recrutements seront des remplacements». Hors Avtovaz, le groupe Renault comptait fin 2016 quelque 124.000 employés, dont le quart en France. Avec ses marques Renault, Dacia, Samsung Motors, Alpine et Lada, il est présent dans 127 pays.

• Plus de générosité avec les actionnaires

La directrice financière de Renault, Clotilde Delbos, a indiqué que le groupe allait adopter une politique plus généreuse pour ses actionnaires, passant progressivement d'un taux de distribution du résultat net du groupe - auquel on ôte la contribution du partenaire Nissan - de 7%, en ligne avec le secteur, à 15% à la fin du plan.

Publicité
Publicité

Plus d'info : le figaro.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon