Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

La directrice de la Tour Eiffel démise de ses fonctions

logo de Le Figaro Le Figaro 21/09/2018 Claudia Cohen

La directrice générale de la Société d'exploitation de la Tour Eiffel, Anna Yannick, va quitter ses fonctions sur fond de mésententes.

figarofr: La Tour Eiffel, monument au plus de 6 millions de visiteurs par an © LUDOVIC MARIN/AFP La Tour Eiffel, monument au plus de 6 millions de visiteurs par an

La mairie de Paris se retrouve de nouveau en difficulté avec l'annonce du départ de la directrice générale de la Société d'exploitation de la Tour Eiffel (Sete), Anne Yannick . La directrice générale de la Société d'exploitation de la Tour Eiffel (Sete), Anne Yannick, va quitter ses fonctions «d'un commun accord» avec la mairie de Paris, a-t-elle affirmé jeudi au journal Challenges.

Après les nombreux dossiers révélant les difficultés de gouvernance sur les services Vélib' et Autolib', et la récente démission de son premier adjoint Bruno Julliard, c'est maintenant la direction du monument au plus de 6 millions de visiteurs par an qui se retrouve dans la tourmente. Le principal point de discorde concernerait les difficultés de dialogue entre Anne Yannick et la mairie de Paris au sujet du futur chantier d'aménagement de l'accueil de la Tour Eiffel.

Le futur chantier de la Tour Eiffel au cœur des mésententes

«Nous ne sommes pas tombés d'accord sur la gestion de la maîtrise d'ouvrage et avons décidé d'un commun accord de nous séparer» a affirmé Anne Yannick au journal Challenges. De son côté, la mairie de Paris a confirmé l'information, précisant qu'«Anne Yannick a fait depuis deux ans un travail exceptionnel à la tête de la Sete, mais nous avons convenu d'un commun accord qu'il était temps de renouveler la direction générale». En effet, le chantier d'aménagement du «Grand Site Tour Eiffel: découvrir, approcher, visiter» représente un enjeu crucial pour la ville de Paris à moins de six ans des Jeux Olympiques d'été à Paris de 2024. Entièrement financé par la Maire de Paris à hauteur de 40 millions d'euros, le chantier débutera en 2021 et doit s'achever en 2023 afin que le site soit opérationnel pour accueillir les visiteurs dans le cadre des Jeux Olympiques.

Avec ce projet, la Mairie de Paris a pour ambition de rendre la visite du monument plus accessible, avec notamment la mise en place de services sanitaires et de restauration, la proposition d'une offre culturelle aux visiteurs, ainsi que le réaménagement de locaux d'exploitation afin d'améliorer les conditions de travail des salariés. Alors qu'une source proche de la Mairie confiait déjà que les relations entre Anne Yannick et le président du conseil d'administration Bernard Gaudillère n'étaient pas au beau fixe depuis quelques mois, il s'avérerait également que ses rapports avec la maire soient tendus, relate Challenges.

Le conflit social de l'été difficile à digérer

Par ailleurs, le conflit social de l'été en pleine saison touristique, qui avait entraîné la fermeture du monument pendant plus d'un jour et demi, a coûté cher à la directrice générale. Ce mouvement de grève très remarqué avait heurté l'image de marque du monument parisien. En outre, la grève avait pour but d'améliorer les conditions d'accueil des visiteurs durant l'été qui se retrouvaient confrontés à une file d'attente démesurée, notamment à cause de visiteurs munis des billets horodatés sur les créneaux horaires les plus demandés. Ces tickets, qui permettent d'accéder au monument au monument le plus visité au monde, ont représenté cet été près de 50% des ventes de billets contre les 20% habituels.

Alors que la Sete désignera l'architecte du chantier d'aménagement de la Tour Eiffel en 2019, son conseil d'administration cherche d'ores et déjà le candidat qui succédera Anne Yannick à la direction générale de la société.

Publicité
Publicité

Plus d'info : le figaro.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon