Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Marché automobile chinois : les chiffres qui inquiètent

logo de BFM Business BFM Business 12/10/2018 Antoine Larigaudrie

Le premier marché automobile du monde continue à donner des signes de faiblesse et le phénomène commence à inquiéter l'ensemble de l'industrie. Trois mois consécutifs de recul, un repli qui tend même à s'accélérer : après -4% en juillet et -3,8% en août, le marché décline cette fois de 11,6% sur un an en septembre.

Les prévisions annuelles sont donc revues une nouvelle fois à la baisse. De 5% de croissance espérés au début de l'année, puis 3% il y a quelques mois, désormais le CAAM (l'association des constructeurs chinois) estime que l'objectif est désormais hors d'atteinte et il ne donne pas de nouvelle prévision.

Guerre commerciale et crainte pour la croissance

Pour le moment, l'acquis de croissance reste positif à 1,5%, avec un peu plus de 20 millions de véhicules vendus, mais la vitesse de détérioration des conditions de marché inquiète. Cette contre-performance s'explique en partie avec la guerre commerciale et les incertitudes qui, plus globalement, entourent la croissance de l'économie chinoise. 

Pékin a d'ailleurs récemment mis en place une série de mesure de nature à encourager les grands industriels internationaux à accroître leurs investissements, avec notamment la possibilité de prendre la majorité de leurs filiales dans le pays. Jusque là, c'était encore impossible, les structures devant strictement être détenues à 50/50 avec un partenaire local.

Nouvelles contraintes environnementales à venir

© Fournis par BFMNews

BMW a d'ailleurs été le premier grand constructeur automobile à annoncer il y a quelques jours sa montée à 75% au capital de sa filiale chinoise BMW-Brilliance, pour continuer à progresser sur le marché chinois, tout en n'ayant plus à importer massivement des véhicules fabriqués aux Etats-Unis, ce qui était le cas jusqu'à présent. Volkswagen, Toyota et General Motors ont également annoncé ces derniers mois un renforcement de leurs investissements dans le pays.

Mais le marché automobile chinois cale aussi face à de nouvelles contraintes environnementales en vue : le gouvernement souhaite se fixer de nouveaux objectifs ambitieux en matière de lutte contre la pollution et en faveur des véhicules plus propres, notamment hybrides et électriques. Des changements importants sont attendus dès l'année prochaine, avec des critères qui restent à définir.

Les consommateurs deviennent ainsi beaucoup plus attentistes devant ce flou réglementaire. Un climat qui ne va pas faire les affaires des grands constructeurs mondiaux qui considèrent la Chine comme un gisement de croissance sûre face aux autres tensions commerciales mondiales. 

Publicité
Publicité

Plus d'info: BFM Business

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon