Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Près d'un agriculteur sur cinq n'a pas eu de salaire en 2017

logo de Boursier Boursier 08/11/2019 Boursier.com

La situation des agriculteurs reste difficile en France... Selon une étude de l'Insee publiée vendredi, 19% des non-salariés du secteur agricole ont déclaré "un revenu nul ou déficitaire" en 2017. "Cette part est particulièrement élevée dans la production de céréales et grandes cultures (30%) et la production d'ovins, caprins, équidés et autres animaux (28%)", détaille l'institut. Un constat dû en partie à une année de récoltes catastrophiques en 2016, doublée d'une chute des cours mondiaux.

Selon le rapport, fin 2017, en France, 444.000 personnes exerçaient une activité non salariée dans l'agriculture, la sylviculture ou les services d'aménagement paysager, soit 7.000 de moins qu'un an auparavant (- 1,6%),

Augmentation du revenu moyen

En 2017, les exploitants avaient un revenu moyen net imposable mensuel de 1.390 euros par mois, soit une hausse de 8,2% par rapport à 2016. Mais le rapport note de fortes disparités entre les différents secteurs.

"Dans la production agricole, les revenus varient fortement d'une année sur l'autre, en raison des fluctuations des prix et des aléas, d'une part climatiques qui pèsent sur les récoltes, et d'autre part, épizootiques qui pèsent sur les cheptels", indique l'Insee.

Alors que les producteurs d'ovins, caprins, équidés, autres animaux ont un revenu moyen net de 620 euros par mois (- 9% par rapport à 2016), les viticulteurs, dont le secteur reste le plus prospère, ont un revenu mensuel moyen de 2.790 euros (- 3,9%). Pour les éleveurs bovins, qui ont bénéficié d'une forme de "rattrapage" (+ 15,9%), l'année a connu un mieux en 2017, avec 1.100 euros de revenus par mois.

Profession en colère

Ce rapport de l'Insee intervient alors que le malaise des agriculteurs grandit depuis ces dernières semaines. Fin octobre, les agriculteurs s'étaient d'ailleurs donné rendez-vous, à l'appel de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles) et des Jeunes agriculteurs, devant toutes les préfectures pour susciter une réaction du gouvernement face à la détresse et au ras-le-bol de toute la profession.

Les professionnels du secteur agricole avaient notamment mis en place de nombreux barrages sur les routes et dans de grandes villes de France pour pour dénoncer les conditions de vie difficiles, mais aussi les difficultés financières récurrentes.

© Reuters
Publicité
Publicité

Plus d'info : Boursier.com

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon