En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Snap déçoit encore, carnage boursier en vue à Wall Street

logo de Boursier Boursier il y a 6 jours Boursier.com

La dernière séance de la semaine s'annonce très compliquée pour Snap à Wall Street. Le titre du propriétaire de l'application de messagerie Snapchat s'est effondré de plus de 17% dans des échanges après-bourse hier soir après l'annonce de résultats pour le moins décevants.

Les pertes se creusent

Au deuxième trimestre, Snap a en effet creusé ses pertes, à 443,1 millions de dollars, soit 0,36 dollar par action, contre un déficit de 115,9 M$ ou un bpa de -0,14$ il y a un an. Le chiffre d'affaires a bien été multiplié par deux sur un an à 181,7 millions de dollars mais les analystes tablaient sur un niveau plus élevé à 185,8 M$.

La croissance de la base d'utilisateurs ralentit

Autre point négatif pour Snap, la croissance de sa base d'utilisateurs commence à ralentir puisque le nombre d'utilisateurs actifs quotidiens a atteint 173 millions au deuxième trimestre, contre 143 millions il y a un an et 166 millions sur les trois premiers mois de l'année. Le consensus tablait sur 175,2 millions. Instagram Stories, l'équivalent de Snapchat lancé il y a un an, avait par exemple plus de 250 millions d'utilisateurs au 2 août, contre 200 millions en avril.

Les dirigeants tentent de rassurer

Evan Spiegel, co-fondateur de Snapchat, a tenté de rassurer les investisseurs lors de la conférence téléphonique suivant la présentation des comptes: "Nous avons toujours été les derniers à rivaliser avec les entreprises géantes et nous avons toujours pu développer nos activités sur des marchés très concurrentiels et saturés par nos concurrents parce que nous sommes très axés sur l'innovation".

Le dirigeant a également mis l'accent sur le fait que sa société ne cherchait pas à devenir la plus grosse possible mais à être présente sur les marchés les plus lucratifs (comme les Etats-Unis) et à rendre ses utilisateurs plus addictifs à l'application. "Nous devrions ajouter plus de 10 millions d'utilisateurs actifs quotidiens dans le reste du monde pour chaque million d'utilisateurs aux États-Unis et au Canada afin de générer la même somme s'argent".

"Snap a un énorme potentiel si elle parvient à capitaliser sur l'opportunité d'être une plate-forme alternative pour les annonceurs", mais la société est "sous pression sur plusieurs fronts", explique à Bloomberg, James Cakmak, analyste chez Monness, Crespi Hardt&Co.

Fin de la première période de lock-up

Outre les résultats, le titre a été pénalisé ces derniers jours par la fin de la première période de lock-up le 31 juillet. Jusqu'à cette date, tous les insiders, dirigeants compris, ne pouvaient en effet pas céder leurs titres sur le marché suite à l'IPO. Les deux co-fondateurs ont d'ailleurs indiqué qu'ils ne comptaient pas vendre leurs titres cette année même s'ils en ont le droit. Pas certain que cela suffise à rassurer le marché.

Reuters © Reuters Reuters
Publicité
Publicité

Plus de Boursier

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon