Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Le dérapage budgétaire français aura bien lieu selon le Premier ministre

logo de RFIRFI 13/06/2017 RFI
Edouard Philippe à la sortie du Conseil des ministres, le 7 juin 2017. © REUTERS/Philippe Wojazer Edouard Philippe à la sortie du Conseil des ministres, le 7 juin 2017.

Le déficit public de 2,8% du PIB prévu pour 2017 ne sera probablement pas tenu. Il y a un fort risque qu’il soit dépassé, a estimé ce 13 juin le Premier ministre Edouard Philippe rejetant la faute sur le précédent gouvernement.

Pour le Premier ministre le dérapage budgétaire est très probable. «Avant de devenir Premier ministre, j'avais des doutes. Maintenant que je suis Premier ministre, j'ai des doutes encore plus sérieux», a-t-il expliqué.

La France risque de ne pas respecter ses engagements européens d’un déficit public inférieur à 3% du PIB requis par Bruxelles.  Des doutes confortés par les prévisions de la Banque de France. La faute au laxisme de ses prédécesseurs selon Edouard Philippe. « Il est assez facile juste avant une élection de lâcher des décisions dures et ensuite ce sont les autres qui gèrent », explique-t-il. Et les autres c’est lui.

Il affirme qu’une série de mesures seraient nécessaires sans plus de précisions. Le premier Ministre ne compte pas recourir aux lois de finances rectificatives, mais il n’exclut pas une telle hypothèse. Il attend début juillet un audit de la Cour des comptes sur les finances publiques pour connaître avec plus de précision la trajectoire budgétaire du pays.

Publicité
Publicité

Plus de RFI

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon