En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Quelle fiscalité immobilière prévoient les candidats à la présidentielle

logo de Le Figaro Le Figaro il y a 5 jours Guillaume Errard
immobilier© Andrey_Popov immobilier

Baisse de la taxe d’habitation et fiscalité immobilière incitative, tels seraient les dossiers immobiliers prioritaires pour les Français selon un récent sondage. Mais pour l’instant, ils ne font confiance à aucun candidat pour mener cette réforme fiscale.

Quand il est question d’immobilier, vous êtes particulièrement captivés lorsqu’il s’agit de fiscalité. La preuve en chiffres: il y a dix jours, Le Figaro Immobilier avait choisi de faire le point sur les droits de mutation, plus communément appelés les frais de notaire. L’article a retenu toute votre attention puisqu’il a été partagé plus de 3500 fois et commenté près de 200 fois. La suppression, la baisse ou la modulation des droits de mutation est d’ailleurs au programme de la plupart des candidats qui s’affronteront ce lundi soir pour le premier débat de la campagne présidentielle.

Le logement, thème mal-aimé de la campagne présidentielle

Un sondage confirme cette sensibilité des Français pour les sujets fiscaux: 43% des Français estiment, qu’en matière d’immobilier, le dossier prioritaire pour le prochain gouvernement, est la baisse de la taxe d’habitation, selon un sondage OpinionWay réalisé pour le réseau immobilier Orpi. Un sujet dont s’est emparé l’ancien ministre de l’Économie Emmanuel Macron*. Le candidat à la présidentielle a promis que, s’il était élu président de la République, il baissera cette taxe, payée par plus de 30 millions de Français, pour 80% des Français. L’ex-banquier d’affaires a également annoncé qu’il ferait de l’ISF un impôt exclusivement l’immobilier, provoquant la fronde du syndicat des propriétaires. Les Français placent en deuxième position des priorités en matière d’immobilier, l’accès au logement grâce à...l’incitation fiscale. Depuis le 1er février dernier, les propriétaires louant leur logement à des prix inférieurs à ceux du marché bénéficient d’un abattement fiscal pouvant aller jusqu’à 85% sur les revenus locatifs.

Dans la droite lignée d’Emmanuel Macron, plusieurs économistes ont rivalisé, ces derniers mois, d’ingéniosité pour conforter la réputation de l’immobilier comme actif le plus taxé. À tel point que le président de Foncia suggère, plutôt que d’encadrer les loyers comme le prévoit la loi Alur, «d’encadrer les taxes». «Le logement représente 42 milliards d’euros d’aides et 64 milliards d’euros de taxes, rappelle François Davy, invité la semaine dernière du Club Immo. L’envolée des taxes, notamment foncière fait baisser le rendement. La transaction se passe bien mais la location est en baisse».

Quel candidat sera le plus à même de mener cette réforme fiscale d’envergure? La réponse des Français est tout aussi tranchée: personne (46% contre 51% en février). Loin derrière, on retrouve...Marine Le Pen* (12% contre 8%), qui souhaite geler les hausses de la taxe d’habitation et baisser de 10% les droits de mutation, devant Emmanuel Macron (stable à 11%) et...Jean-Luc Mélenchon* (9% contre 10%), qui veut renforcer la fiscalité sur les hautes transactions dont il n’a pas précisé le montant minimal. François Fillon* arrive en quatrième position, à égalité avec Benoît Hamon* (8% chacun). Le premier propose un «bail homologué à loyer modéré» qui facilitera l’expulsion des locataires qui ne paient pas leur loyer. Quant au second, il souhaite doubler les taxes sur les logements et les bureaux vacants.

* cliquez sur le nom du candidat (ou candidate) pour avoir accès à son programme immobilier détaillé s’il (ou elle) est élu(e)

Publicité
Publicité

Plus d'info : le figaro.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon