En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Asie : la correction se poursuit avec la Corée du Nord, la Chine en embuscade

logo de Boursier Boursier il y a 4 jours Boursier.com

Alors que Wall Street s'est affiché en forte baisse jeudi soir en clôture, plombé par l'affrontement verbal entre Washington et Pyongyang qui se poursuit, les marchés de la zone Asie-Pacifique reculent de concert ce vendredi matin... Shanghai cède 1,5%, Hong Kong chute de 1,9%, Seoul glisse de 1,8%, Singapour perd 1,2%, Bombay recule de 0,7%, Sydney abandonne 1,4% et Taiwan redonne 0,15%, tandis que la bourse de Tokyo limite son retard à 0,05%...

Mardi soir, Donald Trump avait promis à la Corée du Nord "feu et fureur", si elle venait à menacer les Etats-Unis. Pyongyang a aussitôt répliqué en évoquant la "perte de raison" de Trump, avec qui un dialogue "ne serait pas possible"... La Corée du Nord étudie ainsi de possibles tirs vers l'île américaine de Guam, base militaire américaine dans l'Océan Pacifique, afin d'adresser un avertissement majeur aux États-Unis. Donald Trump a renchéri hier soir en estimant ne pas avoir tenu des propos assez durs concernant la Corée du Nord... Le DJIA a abandonné finalement 0,93% à 21.844 pts ce soir, le Nasdaq a plongé de 2,13% à 6.217 pts, et le S&P500 a perdu 1,45% à 2.438 pts...

La Chine veut rester neutre, mais...

Elément clé de ce bras de fer, selon les médias chinois proches du pouvoir central, Pékin restera "neutre" en cas d'attaque de la Corée du Nord menaçant les Etats-Unis, mais interviendra si ces derniers s'en prennent en premier à la péninsule afin de destituer le régime nord-coréen : "Il faut prendre position clairement auprès de toutes les parties et leur faire comprendre que si leurs actions mettent en danger les intérêts de la Chine, la Chine répondra avec une main ferme". Allié diplomatique et partenaire commercial de la Corée du Nord, la Chine a pour le moment multiplié les appels au calme, sans grand succès...

Pékin s'est dit "contrarié" par les essais nucléaires et balistiques répétés de Pyongyang, mais aussi par le comportement des Etats-Unis et de la Corée du Sud, accusés d'attiser les tensions, notamment par un projet de système antimissile... "Pékin n'est pas en mesure de persuader Washington ni Pyongyang de renoncer", a estimé ce vendredi un éditorial du Global Times, quotidien qui est régi par l'Etat. "Si la Corée du Nord lance des missiles qui menacent le territoire américain en premier, et que les Etats-Unis ripostent, la Chine restera neutre. Si les Etats-Unis et la Corée du Sud mènent des frappes et essaient de destituer le régime nord-coréen et de changer le modèle politique de la péninsule coréenne, la Chine les empêchera d'en faire ainsi"...

Pékin redoute qu'un conflit dans la péninsule n'aboutisse à une Corée réunifiée alliée des Etats-Unis. "La péninsule coréenne est le lieu de convergence des intérêts stratégique de toutes les parties, et aucune ne devrait tenter de dominer la région de manière absolue", a poursuivi le Global Times.

Sur les marchés, les cours du pétrole sont retombés à 48,15$ le baril WTI (-2,5%) et l'euro a campé sur ses positions à 1,1780/$ entre banques...

Reuters © Reuters Reuters
Publicité
Publicité

Plus de Boursier

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon