En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Google songe à bloquer certaines publicités dans son navigateur Chrome

logo de Le Figaro Le Figaro 20/04/2017 Chloé Woitier

Google pourrait intégrer d'ici quelques semaines cet outil, qui ne bloquerait que les formats publicitaires les plus irritants sur ordinateur et mobile.

figarofr © Marcio Jose Sanchez/AP figarofr

Un bloqueur de publicité intégré directement à Chrome, c'est pour bientôt. Selon le Wall Street Journal, Google prévoit de lancer dans les prochaines semaines cette solution au sein de son navigateur, en version mobile et ordinateur. L'internaute n'aura rien à faire: l'option sera activée par défaut. Toutefois, toutes les publicités ne seront pas touchées. Seules les plus horripilantes disparaîtraient des écrans.

La réflexion est en cours chez Google depuis plus d'un an. En avril 2016, Carlo d'Asaro Biondo, président de Google Europe, évoquait ce projet auprès de l'Association des journalistes médias. «Nous pensons que les internautes ne sont pas contre la publicité, qu'ils savent nécessaire à la pérennité des médias gratuits. Ils sont en réalité contre certains types de formats publicitaires, notamment sur mobile, qui sont trop intrusifs», expliquait-il alors. Google pourrait se fonder sur la définition apportée en mars par la Coalition for Better Ads: les vidéos qui se lancent automatiquement avec du son, les pop-up, les publicités recouvrant tout l'écran, et celles ne pouvant se refermer qu'après la fin d'un compte à rebours sont parmi celles qui hérissent le plus les internautes.

Stopper la croissance des bloqueurs de publicité

La publicité rapporte à Google plus de 60 milliards de dollars par an. La bloquer semble donc a priori contre-intuitive. Mais l'intérêt de Google est double. Il souhaite couper sous le pied la croissance des bloqueurs de publicités classiques, présents sur plus de 35% des ordinateurs en France. Ces logiciels, qui heurtent le modèle économique de bien des médias en ligne, ne font aucune distinction entre les formats. À moins que l'annonceur ne décide de payer pour entrer sur la «liste blanche» d'Eyeo, l'éditeur allemand du célèbre Adblock Plus. Une situation vécue comme un véritable chantage par les médias en ligne. Google a accepté de payer afin que les publicités apparaissent sur son moteur de recherche. Mais sa régie travaille aussi avec d'autres sites.

En ne sanctionnant que les formats intrusifs, Google pousserait également les sites à adopter des formats publicitaires plus respectueux. Google a pour cela un argument de poids: la popularité du navigateur Chrome, qui détient dans le monde 60% de part de marché sur PC et 45% sur mobile. Selon le Wall Street Journal, Google pourrait même aller jusqu'à bloquer l'intégralité des publicités d'un site ayant recours à au moins un format intrusifs.

Publicité
Publicité

Plus d'info : le figaro.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon