Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

L’essor phénoménal de la photographie de calcul

logo de L'actualité L'actualité 06/10/2017 Maxime Johnson

Les avancées matérielles ne suffisent plus: ce sont les algorithmes qui sont désormais derrière les meilleurs appareils photo, explique Maxime Johnson.

Le lancement récent de l’iPhone 8 d’Apple et le dévoilement cette semaine du téléphone Android Pixel 2 de Google (ci-haut) cimentent l’importance dans l’industrie techno de la photographie de calcul, une discipline où les appareils photo sont améliorés à l’aide de logiciels de plus en plus poussés.

https://twitter.com/ericschmidt/status/915741800723132416

« Des résultats impressionnants en photographie de calcul – les nouveaux téléphones de Google obtiennent un pointage record de 98 pour la qualité de leurs photos », a écrit le président d’Alphabet – la société mère de Google – Eric Schmidt sur Twitter, mercredi, lorsqu’il a présenté le nouveau téléphone de son entreprise.

L’homme d’affaires n’a pas choisi de mousser son design, ses performances ou des fonctionnalités originales. Il a plutôt vanté les mérites de sa photographie de calcul, ou computational photography en anglais. Ce n’est pas un hasard. Cette discipline, méconnue du grand public il y a quelques mois à peine, est désormais l’une des plus en vue dans la Silicon Valley, tout particulièrement chez les fabricants de téléphones intelligents.

Qu’est-ce que la photographie de calcul?

Photographie de calcul © Mishmash Media Inc Photographie de calcul

La photographie de calcul concerne le traitement des données obtenues par un capteur d’appareil photo numérique pour améliorer une image, et même pour en créer une qui aurait été impossible à obtenir autrement.

Un exemple? Le mode panorama des téléphones intelligents permet de bouger son téléphone de gauche à droite lors de la prise d’un cliché pour enregistrer une photo beaucoup plus large que l’objectif de l’appareil l’offrirait normalement.

La fonction Portrait des iPhone 7 Plus et iPhone 8 Plus, qui combine les données obtenues par deux appareils photo pour réaliser un portrait avec un flou artistique autour du sujet, est aussi un exemple de photographie de calcul qui gagne en popularité.

Ce mode, que l’on retrouve également dans le téléphone Galaxy Note 8 de Samsung, a aussi été reproduit par Google pour son Pixel 2, mais avec un seul capteur cette fois. Il s’agit de la nouveauté qui a le plus retenu l’attention de la presse spécialisée mercredi. Une nouveauté qui n’a pas été obtenue grâce à une amélioration matérielle ou à l’ajout d’un nouveau capteur dispendieux, mais plutôt à l’aide d’un code informatique.

L’appareil photo du Pixel 2 a d’ailleurs reçu le meilleur pointage à ce jour au test de performance standardisé DxOMark, même si ses caractéristiques matérielles ne sont pas les meilleures sur le marché.

Pourquoi cet intérêt soudain?

Appareil photo double © Fournis par Mishmash Media Inc Appareil photo double

Plusieurs raisons expliquent la montée récente de la photographie de calcul.

La première est physique. Alors qu’il est toujours possible d’ajouter un plus gros objectif à un appareil photo traditionnel pour capter plus de lumière – la recette pour obtenir une photo de qualité -, les téléphones intelligents disposent seulement d’un espace limité, qui restreint la taille physique de leurs composantes.

Les limites de la miniaturisation font qu’il est maintenant de plus en plus difficile pour les fabricants de se démarquer avec leurs appareils photo d’une façon purement matérielle. La photographie de calcul représente donc un bon moyen d’améliorer significativement la qualité de leurs appareils et de se distinguer des autres.

L’avancée de plusieurs technologies connexes explique aussi la popularité de la photographie de calcul. Les techniques d’apprentissage automatique permettent par exemple de développer des algorithmes puissants. C’est d’ailleurs en analysant de grandes quantités de photos qu’Apple a pu créer un logiciel capable de discerner ce qui doit être clair et ce qui doit être flou dans un portrait.

Les processeurs qui équipent les téléphones intelligents sont également de plus en plus performants, et peuvent faire des opérations complexes en temps réel lorsqu’une photo est prise, ce qui n’aurait pas été possible il y a quelques années à peine.

La photographie de calcul et les appareils photo traditionnels

Fujifilm © Fournis par Mishmash Media Inc Fujifilm

L’intérêt des fabricants de téléphones intelligents pour la photographie de calcul n’a pas encore été observé chez les fabricants d’appareils photo numériques traditionnels.

Canon, Nikon, Fujifilm, Olympus et les autres utilisent tous la photographie de calcul d’une façon ou d’une autre, mais ce sont encore les performances brutes de leurs appareils qui sont mises de l’avant.

Si les artifices logiciels sont moins essentiels avec un appareil reflex ou sans miroir qu’avec un téléphone intelligent, les mêmes constats s’imposent ici aussi : la taille des appareils limitant les améliorations possibles, les logiciels sont désormais poussés et les processeurs sont de plus en plus performants.

Le fabricant qui intègrera intelligemment la photographie de calcul à ses nouveaux modèles risque d’avoir un avantage de taille sur les autres. Ce n’est donc probablement qu’une question de temps avant que la discipline transforme également cette industrie.

Qu’on se le tienne pour dit, l’âge d’or de la photographie de calcul ne fait que commencer.

Publicité
Publicité

Plus de L'actualité

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon