Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Vallourec se redresse en même temps que le pétrole

logo de Boursier Boursier 10/11/2017 Boursier.com

Le groupe a relevé ses objectifs annuels...

En marge de ses revenus sur neuf mois, Vallourec a revu à la hausse sa cible de résultat brut d'exploitation pour l'exercice 2017 qui devrait désormais s'établir entre -30 et -10 ME, contre -44 ME et -94 ME précédemment. Une bonne nouvelle qui repose, en partie sur un climat un peu moins tendu sur le marché pétrolier. Du côté des analystes, les premières réactions sont tombées. Morgan Stanley a réitéré ce matin sa recommandation "surpondérer" et son objectif de cours de 11 euros sur le dossier, ce qui en fait toujours l'analyste le plus optimiste de la place sur le titre.

Pour sa part, AlphaValue recommande d'accumuler la valeur en visant 6 euros. L'analyste Fabrice Farigoule souligne que la nouvelle prévision implique un RBE du quatrième trimestre compris entre -20 et 0 ME, assez proche finalement du troisième trimestre. "C'est une bonne nouvelle dans la mesure où le troisième trimestre a marqué le rebond des marchés du groupe, c'est-à-dire principalement sur le segment pétrolier et gazier", explique le spécialiste, qui en profite pour ajouter que c'est là une confirmation, en dépit de ce que le management soutient, que Vallourec, comme son concurrent Tenaris, est fortement corrélé aux prix pétroliers. Le troisième trimestre a bénéficié d'un beau rebond du chiffre d'affaires, qui repose essentiellement sur les volumes, avec une production livrée en hausse de 76% en glissement annuel. L'impact réel est un peu moindre, car il faut intégrer Tianda, mais la performance mérite d'être soulignée. L'impact des prix est difficile à quantifier mais le management a évoqué une contraction de l'ordre de -9,3%. Le mix reste donc défavorable. La hausse des tarifs aux Etats-Unis a été compensée par la baisse de ceux de l'EMEA et du Brésil. Les perspectives dépeintes par la direction sont en ligne avec le scénario de l'analyste qui estime en effet que si les prix pétroliers restent sur leurs niveaux actuels, les majors pétrolières vont recommencer à investir, ce qui ne peut que profiter à Vallourec. "En deux mots, la tendance s'inverse enfin et, grâce à sa transformation en cours, Vallourec est en position d'accroître nettement sa rentabilité", poursuit Fabrice Farigoule, qui voit dans la zizanie actuelle au Moyen-Orient une cause possible de poursuite de la hausse des prix du baril.

© Fournis par Boursier
Publicité
Publicité

Plus de Boursier

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon