Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Arrêtez de râler, le pouvoir d’achat remonte !

logo de L’Obs L’Obs 22/10/2018 Sophie Fay

L'OFCE vient de publier ses perspectives économiques 2018-2020. Pas si mal sur le plan du pouvoir d'achat en 2019 ! Mais pas assez, sans doute, pour faire oublier la politique fiscale de début de quinquennat.

Selon l'OFCE, le pouvoir d'achat va augmenter de 1,9% en 2019. © Copyright 2018, L'Obs Selon l'OFCE, le pouvoir d'achat va augmenter de 1,9% en 2019.

C'est un accident industriel, une erreur majeure de politique économique. En décidant à l'été 2017 d'écouter la Cour des comptes dans sa critique violente de la gestion de François Hollande et de l'"insincérité budgétaire", en suivant son Premier ministre, son ministre de l'Economie et des Finances et son ministre de l'Action et des Comptes publics, Emmanuel Macron a ruiné sa popularité.

Le gouvernement a décidé à l'été 2017 d'augmenter tout de suite les taxes indirectes (tabac, diesel…)  et la CSG, de baisser la fiscalité sur le capital et l'ISF, mais de prendre son temps pour réduire les cotisations sociales et relever les minima sociaux. Résultat, il a provoqué un trou d'air dans le pouvoir d'achat : -0,5% sur un trimestre, du jamais-vu depuis 2012 et une chute de la consommation. La sanction a été immédiate : la croissance a ralenti fortement au premier semestre, décrochant par rapport au reste de la zone euro. La popularité d'Emmanuel Macron a suivi.

Le trou d'air de Macron

Dommage, car, dans leurs prévisions pour 2018-2020, les experts de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) montrent que ce hoquet du début de l'année va être lissé dans le temps, et même rattrapé grâce aux baisses d'impôts à venir. Seul problème : le mal est fait, le doute est maintenant installé dans la tête des Français. Et ne va pas être facile à déloger.

+1,9% dans les porte-monnaie en 2019

Pourtant, les chiffres de l'OFCE sont encourageants. Après avoir fait un bond au premier trimestre 2018, de 21,8% des ressources des ménages à 22,3%, les prélèvements obligatoires sont revenus à 21,8%. Inchangés donc. Et le pouvoir d'achat va connaître au dernier trimestre de l'année, celui en cours, une hausse de 1,6% sur un trimestre, du jamais-vu depuis fin 2002.

© Fournis par Le Nouvel Observateur SA

Le coup de pouce vient de la baisse des cotisations pour les salariés, de la hausse de la prime d'activité, de la baisse de la taxe d'habitation et de la revalorisation de l'allocation aux adultes handicapés. En 2019, la hausse du pouvoir d'achat va continuer : +1,9% promet l'OFCE, grâce à la poursuite de la baisse des cotisations sociales, de la taxe d'habitation et à la désocialisation des heures supplémentaires – et malgré la désindexation de certaines prestations et la baisse des aides personnalisées au logement. En 2020, la croissance marquera le pas, mais le pouvoir d'achat résistera.

Le doute est là

Cela réconciliera-t-il les Français avec Emmanuel Macron ? Pas sûr du tout. Car tous les ans, en début d'année, les Français vont continuer à subir les hausses de taxes indirectes (diesel, essence, tabac...). Certes, elles sont menées pour la bonne cause, la lutte contre le réchauffement climatique et la santé des Français, mais n'en frappent pas moins le porte-monnaie et le moral.

Pendant ce temps, malgré les difficultés de recrutement, le chômage ne baisse pas assez pour permettre aux salariés de négocier des hausses de rémunération. C'est la grande déception : la décrue est très lente : 8,9% fin 2017, pas de changement fin 2018, 8,7% fin 2019, 8,6% fin 2020. Les créations d'emplois, très dynamiques en 2017 (+347.000), ralentissent : 233.000 en 2018, 161.000 en 2019, 116.000 en 2020, suivant la croissance. La décrue des emplois aidés se fait cruellement sentir. 

© Fournis par Le Nouvel Observateur SA

Heureusement, l'investissement des entreprises tient bon. Car, dans ce contexte et compte tenu des évolutions de la politique immobilière, celui des ménages, en logement notamment, est bien incertain. 

Si les experts de l'OFCE ne se trompent pas, il va falloir que le chef de l'Etat mise sur autre chose que sur l'économie pour séduire de nouveau les Français. Il n'a pas fini de reprocher à Bercy et à la Cour des comptes leur erreur de départ !

Sophie Fay 


AUSSI SUR MSN : Pouvoir d'achat: qui est gagnant ?

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Téléchargez l'application Microsoft News pour Android ou iPhone, et soyez ainsi toujours au courant de l'actualité.

Publicité
Publicité

Plus d'info : L'Obs

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon