En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Etes-vous une cible pour les moustiques ?

logo de GQ GQ 15/03/2017 GQ
Etes-vous une cible pour les moustiques ? © GQ Etes-vous une cible pour les moustiques ?

Comme l’expliquait le docteur Stéphane Gayet à Atlantico, les moustiques femelles se repaissent de sang pour parvenir à se reproduire correctement. Nous sommes donc des proies de choix, notre corps attirant plus ou moins ces petites bestioles en fonction de différentes “émanations” génétiques, mais pas que. Si vous vous faites piquer, ce n’est donc pas que la faute à pas de chance. Voici les 4 facteurs majeurs qui font de vous un repas pour les moustiques :

1 – La grossesse

Les moustiques repèrent leurs proies grâce au dioxyde de carbone, que les femmes enceintes produisent en plus grande quantité que n’importe quel autre être humain normal. Une raison de plus pour prendre des précautions avec la propagation du virus Zika qui a des effets néfastes sur les fœtus.

2 – L’exercice

Autre facteur attirant pour les moustiques : l’acide lactique. Un acide organique présent dans le lait, le vin mais aussi dans les muscles qui en sécrètent après l’exercice. Prenez garde lors de votre prochaine session d’exercice en plein air.

3 – L’alcool

Vous aurez remarqué que les moustiques prolifèrent quand il fait chaud. Ils apprécient aussi la chaleur de notre corps qui est naturellement augmentée par la consommation d’alcool. A la vôtre, et la leur.

4 – Le groupe sanguin type O

Selon une étude qui remonte aux années 70, les personnes au groupe sanguin de type O ont 83% de chances supplémentaires d’être piquées. A l’inverse, le type A réduit les risques. C’est sans doute une question de goût.

5 – Les bactéries de la peau

En 2011, une autre étude a prouvé que les moustiques africains porteurs de la malaria s’intéressent davantage aux peaux odorantes. Un appel des sens généré par des colonies de bactéries présentes dans l’épiderme. Elles sont d’ailleurs plus nombreuses au niveau des pieds et des chevilles, zones plus susceptibles d’être attaquées.

Publicité
Publicité

Plus d'info : GQ

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon