Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Manger du poisson diminuerait l’agressivité (et c’est la science qui le dit !)

logo de ELLE ELLE 22/05/2018 Delphine Gautherin

L’agressivité serait-elle influencée par le contenu de notre assiette ?  C’est ce que suggère l’étude menée par un chercheur français qui affirme que manger plus de poisson et de noix, riches en oméga 3 réduirait l’agressivité. Explications.

Manger du poisson diminuerait l’agressivité (et c’est la science qui le dit !) © Getty Manger du poisson diminuerait l’agressivité (et c’est la science qui le dit !)

On connait l’importance des oméga 3 qui joueraient un rôle fondamental dans l’équilibre émotionnel et sur les troubles de l’humeur. Il semblerait aussi qu’un déficit en oméga 3 entrainerait plus d’agressivité. Un fait qui n’est pas sans alerter chercheurs et scientifiques qui y voient un signe de dépression avant-coureur dans nos sociétés occidentales où les carences en oméga 3 dans notre alimentation sont sans équivoque.

Stimulant entre autres, le fonctionnement du cerveau, les oméga 3, ont un rôle fondamental et décisif de liaison « entre les cellules nerveuses du cerveau », qui facilitent la fluidification. Ne pouvant être fabriqués par l’organisme, ils doivent impérativement être apportés par l’alimentation. On les trouver ? Il existe des oméga 3 d’origine végétale (noix, huile, graines de lin…) et animale (poisson…). Il est important de privilégier les petits poissons, moins susceptibles d'être contaminés par des toxines et autres métaux lourds. Et on pense inversement dans nos assiettes, à diminuer nos apports en oméga 6 et en graisses saturées, pour gagner en bonne humeur et réduire son agressivité.

Enfin, une étude publiée dans le numéro de décembre de la revue Psychiatry Research, fait état d’une expérience où un groupe d’hommes et femmes de 18 à 45 ans ont complété leur alimentation d’oméga 3, et les autres, un placebo. A l’issue de 6 semaines de supplémentation, les résultats sont formels et ont confirmé « une diminution de l'agressivité des personnes ayant bénéficié des oméga 3". De nombreux diététiciens et médecins sont depuis assez unanimes sur l’effet des oméga 3 et préfèrent conseiller un rééquilibrage alimentaire qui privilégie une alimentation naturellement riche en oméga 3 comme le poisson ou certaines huiles plutôt que de recourir à une complémentation médicale. Voilà qui devrait faire venir du monde chez nos poissonniers.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Elle.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon