Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Les personnes souffrant de problèmes gingivaux auraient deux fois plus de risques de faire une attaque

logo de Cover Media Cover Media 13/02/2020 covermg.com
Les personnes souffrant de problèmes gingivaux auraient deux fois plus de risques de faire une attaque © Fournis par Cover Media Les personnes souffrant de problèmes gingivaux auraient deux fois plus de risques de faire une attaque

Les gens souffrant de problèmes gingivaux ont deux fois plus de risques de faire une attaque cardiaque, selon une nouvelle étude menée par des chercheurs de l'université de Caroline du Sud.

Il s'agit d'une infection bactérienne banale qui cause des saignements des gencives, et qui peut être évitée en se brossant les dents régulièrement, ainsi qu'en utilisant des bains de bouche. Si elle n'est pas traitée, elle peut aussi provoquer une périodontite, qui peut mener à la perte de dents. Et il a en outre été découvert qu'elle peut causer des attaques cardiaques, en durcissant des artères cérébrales. Deux études ont découvert que traiter le problème peut réduire de façon significative le risque d'amas de plaque, et le rétrécissement des vaisseaux sanguins dans le cerveaux, réduisant ainsi les risques.

La première étude a été menée sur 265 patients qui ont subi une attaque entre 2015 et 2017. Leur santé gingivale a été analysée et mise en relation avec le type d'attaque qu'ils avaient subie. Les chercheurs ont ainsi découvert que ceux souffrant de problèmes gingivaux avaient trois fois plus de risques de faire une attaque, à cause de l'inflammation de vaisseaux sanguins à l'arrière du cerveau.

La seconde étude a analysé quant à elle les cas de plus de 1.000 personnes qui n'ont jamais fait d'attaque cardiaque, et un examen dentaire a été effectué pour découvrir la sévérité de leur infection gingivale. Il a ainsi été découvert que les artères cérébrales étaient sévèrement bloquées chez plus de 10% des patients, et ceux aux gencives endommagées avaient deux fois plus de risques d'avoir des artères cérébrales réduites à cause de l'amas de plaque, comparé aux autres.

Cependant, ces études ne constituent pas un lien définitif entre les problèmes gingivaux et les blocages artériels, ou les attaques, explique le professeur Souvik Sen, auteur principal des deux études.

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon