Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Oui ou non? La péridurale

logo de GabrielleGabrielle 22/10/2015 Gabrielle
péridurale © ®copyright Éditions Pratico-Pratiques / Photo: Shutterstock® péridurale

OUI

Point de vue de l'expert

Dr Dany Létourneau, anesthésiste CHUQ

Le Dr Létourneau convient que la péridurale n'est pas une pratique banale en soi. Toutefois, cette technique analgésique, de même que son suivi, sont réalisés selon des protocoles bien établis. Les analgésies inadéquates représentent moins de 5% des cas. «À ce moment-là, on reprend la technique et ce n'est pas dangereux.» La péridurale peut entraîner certains effets secondaires qui ne sont pas nocifs. Moins de 1% des femmes éprouvent des maux de tête importants dans les jours qui suivent. D'autres développent des ecchymoses au site de ponction, qui s'estompent après quelques jours. Dans de rares cas, une rétention urinaire peut aussi se produire. On doit parfois la traiter en insérant une sonde urinaire temporaire. Y a-t-il des risques de paralysie à la suite d'une péridurale? «C'est excessivement rare. L'incidence d'hématome péridural n'arrive pas assez souvent pour générer des statistiques. Il s'agit environ d'un cas sur 250 000 à 300 000», précise le docteur. Les équipes médicales sont extrêmement bien formées et si la moindre complication survient, on procède immédiatement à une série de tests afin d'éviter de potentiels problèmes neurologiques. «Cette technique existe depuis 50 ans. Il faut savoir que ce n'est pas dangereux. Il faut faire attention aux notions qui sont véhiculées, puisqu'il n'y en a pas beaucoup qui sont basées sur la littérature médicale», explique le Dr Létourneau. Ce dernier ajoute que souvent, les femmes estiment que l'installation du soluté est plus douloureuse que la péridurale!

NON

Point de vue de l'expert

Marie-Ève St-Laurent, présidente, Ordre des sages-femmes du Québec

«Il y a des femmes qui ne se posent pas la question. La péridurale n'est tout simplement pas offerte partout à travers le monde. Il faut savoir qu'à la base, notre corps est fait pour vivre un accouchement naturel», explique Mme St-Laurent, en précisant que la douleur est toutefois perçue et vécue différemment aujourd'hui. «Nos vies sont beaucoup plus sédentaires. Notre expérience de la douleur n'est pas la même que celle de nos grands-mères, qui en vivaient presque tous les jours. On connaît un peu moins notre corps.» Selon Mme St-Laurent, il peut y avoir des risques reliés à la péridurale, entre autres, l'infection du site d'injection. «On pourrait aussi se poser des questions sur l'état de l'enfant. Est-ce que les narcotiques que l'on donne à la mère lors de la péridurale peuvent affecter le bébé? Certains disent oui, d'autres disent non.» Bon nombre de femmes se tournent vers les services des sages-femmes pour la préparation de leur accouchement naturel. «Pour se préparer, il est très important de nommer ses peurs, puisqu'elles vont revenir à la puissance dix lors de l'accouchement», explique Mme St-Laurent, en ajoutant qu'il faut se tenir loin des romans catastrophes. D'autres techniques comme l'hypnonaissance, les massages et l'acupuncture peuvent s'avérer efficaces chez certaines femmes pour atténuer les douleurs du début du travail jusqu'à l'arrivée de l'enfant.

À voir aussi:

Oui ou non: accoucher ailleurs qu’à l’hôpital

Le dépistage de la trisomie 21

Peur d’accoucher? 3 trucs zen

Publicité
Publicité

Lire plus

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon