Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Drogue, trucage ou Messi ? Tous les moyens seraient bons pour l'Argentine...

logo de Sports.fr Sports.fr 05/10/2017 Sylvain Labbe

C’est dans un contexte plus tendu que jamais que l’Albiceleste joue cette nuit, à Buenos-Aires (1h30), en grande partie sa qualification pour le Mondial 2018 face au Pérou. Même Leo Messi semble ne pas devoir suffire pour éviter ce qui serait un fiasco inédit depuis 1970.

Leo Messi Argentine: Leo Messi sera encore le plus sûr atout d'une Albiceleste sur des charbons ardents avant la réception du Pérou à La Bombonera. © Reuters Leo Messi sera encore le plus sûr atout d'une Albiceleste sur des charbons ardents avant la réception du Pérou à La Bombonera.

Cette fois, l’heure est grave, même très grave pour l’Argentine qui prend peur et touche du doigt, à deux matches du terme de cette campagne de qualification dans la zone AmSud, ce qui serait un authentique cauchemar national dans le cas où l’Albiceleste, au terme d’un parcours aussi poussif et sans éclat, venait à ne pas se qualifier pour la Coupe du monde 2018 en Russie.

Une hypothèse plus que jamais plausible pour des Argentins toujours incapables à deux journées du terme de ces éliminatoires de se hisser parmi les quatre premières du classement, synonymes de qualification directe pour le Mondial, et seulement cinquièmes, donc barragistes, avant cette 17e journée et la réception la nuit prochaine, à La Bombonera (1h30), du Pérou. Un adversaire direct et surmotivé puisque les Péruviens ne devancent l’équipe de Jorge Sampaoli qu’à la différence de buts, mais rêvent aussi de ce qui serait pour Los Incas une première qualification depuis 1982.

"Tricheurs"

Des enjeux tels et un contexte à ce point bouillant qu’il pourrait ne pas rester sans conséquence sur le résultat de la rencontre. Et courent déjà les rumeurs les plus folles… Comme celles portées à la une du journal péruvienTodo Sport, barré d’un « Tricheurs » sans ambiguïté, qui n’hésite pas à prétendre que le match pourrait être arrangé par la Fifa, la Conmebol et la Fédération argentine de football (AFA), qui "seront tous ensemble dans le box argentin, pour conspirer ensemble contre le Pérou". Et ainsi permettre de sauver la mise à l’équipe de Messi, dont l’absence en Russie l’an prochain ferait forcément tache.           

Nous sommes une équipe capable de se battre et de gagner contre n’importe quelle sélection nationale

Ricardo Gareca (sélectionneur du Pérou)

Une paranoïa nourrie par un passé il est vrai très instructif, si l’on se réfère aux accusations de match truqué dont l’Argentine fait l’objet depuis le sulfureux Mondial 1978 et un match décisif remporté (6-0) sur le Pérou…

On comprend dès lors mieux pourquoi l’encadrement péruvien aurait décidé de se déplacer à Buenos-Aires avec ses propres bouteilles d’eau dans la crainte de voir ses joueurs être drogués à leur insu, selon Globo (*).

"Nous sommes aujourd’hui dans cette position grâce à nos efforts, nos sacrifices, mais aussi grâce au jeu que nous déployons, à notre football, rappelle Ricardo Gareca, le sélectionneur qui a totalement relancé le Pérou. Nous sommes une équipe capable de se battre et de gagner contre n’importe quelle sélection nationale." Une profession de foi qui tranchait avant ce choc avec le discours d’un Sampaoli contraint de justifier la motivation de ses hommes si décevants depuis des mois: "Ce sera un match durant lequel l'Argentine va jouer avec la rage, essayant d'obtenir le meilleur résultat possible. Nous ne pouvons pas cacher la réalité, nous savons dans quelle position nous sommes. Je dis aux joueurs ce que je ressens. Je pense que l'Argentine doit tout donner, doit aller chercher un résultat positif. N'ayez aucun doute, nous allons tout faire pour."    

------------------------------------------------    

(*) Une mesure radicale notamment due à un précédent lors de la Coupe du monde 1990, où le Brésilien Branco avait bu de l’eau d’une bouteille contenant un somnifère durant un 8e de finale impliquant… l'Albiceleste, qui décrochera sa place en quarts à l’issue de la rencontre (1-0). 

Publicité
Publicité

Plus d'infos : Sports.fr

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon