Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

E-sport: 5 questions pour comprendre les Mondiaux de "League of Legends" à Paris

logo de RMC Sport RMC Sport 08/11/2019 Julien Absalon

Locomotive de l'e-sport depuis une décennie, le jeu vidéo League of Legends débarque dimanche à l'AccorHotels Arena de Paris-Bercy pour la finale de ses championnats du monde. Explications sur ce titre phénomène qui a conquis 100 millions de joueurs.

L'équipe FunPlus Phoenix de League of Legends © PictureAlliance / Icon Sport L'équipe FunPlus Phoenix de League of Legends

Dimanche, l'AccorHotels Arena de Paris-Bercy sera le théâtre de l'un des événements les plus suivis de l'année: la finale du championnat du monde 2019 du jeu vidéo League of Legends, le plus populaire au monde, s'y tient à partir de 13 heures. Elle oppose les Européens de G2 aux Chinois de FunPlus Phoenix.

Retransmis sur Internet pour plusieurs millions d'internautes passionnés, cet événement se déroulera à guichets fermés. Pas moins de 17.000 places ont été vendus en une poignée de minutes. Une nouvelle preuve que l'e-sport ne cesse de grandir.

Qu'est-ce que League of Legends?

Développé et édité par le studio américain Riot Games, détenu par le géant chinois des télécoms Tencent, League of Legends mêle action et stratégie en temps réel. Disponible sur PC, il relève du genre plus communément appelé sous son acronyme anglais MOBA (pour arène de bataille en ligne multijoueur). Il se joue avec une vue de dessus, se contrôle au clavier et surtout à la souris, qui est essentielle pour les déplacements.

Les parties se déroulent avec deux équipes de cinq joueurs (baptisés invocateurs), placées de chaque côté du champ de bataille divisé par trois chemins. Les joueurs contrôlent chacun un personnage, parmi les 146 disponibles. Ceux-ci disposant de forces et faiblesses qui leur sont propres.

League of Legends CARTE.png © RMC Sport League of Legends CARTE.png

Le but du jeu est relativement simple: anéantir le noyau vital de l'adversaire, le "Nexus", qui se trouve dans sa base. Mais il faut détruire des tourelles de défense pour s'introduire dans ce QG ennemi et avoir ce "Nexus" à portée. Afin d'y parvenir, tout en résistant aux attaques des personnages de l'autre camp et de leurs sbires, il est nécessaire de gagner de la puissance en tuant des monstres neutres dans la "jungle" située en plein milieu de la carte.

L'aspect stratégique du jeu s'illustre surtout par les rôles de chacun des cinq membres d'une équipe. Ceux-si sont généralement définis en fonction des trois chemins (top lane pour celle du haut, mid lane au milieu, bot lane en bas) de la carte, aux caractéristiques asymétriques. Par exemple, le support doit soutenir et soigner ses coéquipiers. Celui qui joue en bot lane est fragile et monte doucement en puissance pour influencer une manche. En top lane, il s'agit d'être capable de déblayer la zone de façon autonome. Et les midlaners évoluant au milieu, à l'instar des meilleurs joueurs du monde, sont les attaquants plus en vue et ceux qui font basculer les parties. Enfin, une bonne coordination et communication entre les participants, avec une prise de décision rapide, sont essentiels.

Pourquoi le jeu est-il si populaire?

Sorti à la fin de l'année 2009, LoL est téléchargeable gratuitement. De quoi attirer facilement les curieux. Mais il s'agit d'un freemium: les joueurs ont la possibilité de payer pour débloquer plus rapidement les meilleurs personnages et obtenir des éléments cosmétiques. Peu gourmand en ressources informatiques, il n'est pas nécessaire de posséder un ordinateur dernier cri. Pour d'autres jeux, ce point représente souvent une barrière à l'entrée pour les petites bourses.

Équilibré dans sa mécanique de jeu, télégénique et régulièrement mis à jour par les centaines de développeurs de Riot Games, le jeu rassemble 100 millions de joueurs chaque mois. Parfois, des pics de connexion sont constatés avec 8 millions de personnes en même temps.

L'engouement autour des compétitions de ce jeu est aussi à mettre au crédit de Riot Games. Dans les premières années, quand la scène n'était pas aussi structurée, l'éditeur américain s'est investi pour organiser les compétitions et peaufiner son jeu, pour qu'il récompense au maximum le talent et le travail des joueurs.

Qui sont les participants?

Deux équipes sont en finale: les Européens de la structure espagnole G2 face aux Chinois de FunPlus Phoenix. G2, qui ne compte pas de Français parmi ses rangs, a fait sensation lors des demi-finales, en sortant les redoutables champions sud-coréens de SK Telecom T1 au terme d'un match particulièrement intense. En face, FunPlus Phoenix s'est offert le tenant du titre chinois Invictus Gaming.

En matière d'e-sport, les joueurs asiatiques dominent les tournois. Depuis la création des championnats du monde, Fnatic est la seule équipe européenne à avoir triomphé. C'était lors de la première édition, en 2011.

Comment regarder la finale?

Le public français pourra suivra la finale sur Internet, via les flux de la chaîne O'Gaming. Celui-ci sera accessible sur les plateformes de Twitch, YouTube mais aussi FranceTV Sport. En outre, l'événement sera retransmis sur un grand écran installé sur le parvis de l'Hôtel de Ville à Paris (IVe arrondissement). L'entrée est libre et gratuite.

Quels sont les enjeux économiques?

Depuis sa création, League of Legends a généré 20 milliards de dollars de revenus. Son éditeur a été le premier à créer des droits de diffusion pour ses compétitions et à subvenir financièrement aux salaires des joueurs, sur le même modèle que ce que peut faire une ligue fermée dans le sport. De plus, le marché intéresse particulièrement les sponsors, en quête d'un public jeune et différent. La meilleure structure française, Vitality, a ainsi levé 34 millions d'euros en 2019.

"Les revenus générés par les publicités ou la diffusion des matches ont pendant un temps été redistribués aux équipes et aux joueurs. Cela a permis de professionnaliser énormément la scène", explique auprès de l'AFP le sociologue Nicolas Besombes, vice-président de l'association France Esports.

Selon une étude de Médiamétrie datant de 2018, plus de 5 millions de Français ont déjà assisté à une compétition de e-sport et plus de 2 millions ont déjà participé à une compétition.

Publicité
Publicité

Plus d'info: RMC Sport

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon