Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Fichage ethnique: "Il faut trouver un équilibre", estime Bernard Blaquart

logo de RMC Sport RMC Sport 09/11/2018 QM avec Julien Landry et Morgan Maury
Fichage ethnique: "Il faut trouver un équilibre", estime Bernard Blaquart © RMC Sport Fichage ethnique: "Il faut trouver un équilibre", estime Bernard Blaquart

L’affaire du fichage ethnique au PSG, révélée par Mediapart, qui s’est appuyé sur Football Leaks, rappelle celle des quotas qui a frappé le football français en 2011. L’homme par qui le scandale est arrivé à l’époque, Mohamed Belkacemi, se dit outré qu’aujourd’hui encore, il soit question de préjugés racistes dans le sport. "Je vais vous dire quelque chose, j’ai passé une sale nuit, avoue Belkacemi. J’ai le sentiment que mon affaire n’a pas servi d’exemple."

Des critères ethniques pour refuser un jeune ?

Le 8 novembre 2010, c’est lui qui enregistre les débats où, lors d'une réunion de la DTN, François Blaquart et Laurent Blanc évoquent la mise en place de quotas et le problème des binationaux. Cette fois, en revanche, il est question de critères ethniques qui auraient été utilisés dans la politique de recrutement des jeunes au PSG. Selon Mediapart, au moins un de ces jeunes joueurs n’aurait pas été recruté sur la base de ces critères.

"Quand on regarde cette affaire, c'est plus méchant"

"Quand on regarde cette affaire, c’est plus détaillé, c’est plus précis, plus méchant aussi", pense Belkacemi. Interrogé en conférence de presse, Bernard Blaquart, le frère de François, visé par l’affaire des quotas en 2011, a expliqué quel pouvait être son rôle du temps où il officiait au centre de formation de Grenoble. Sans parler de critères ethniques, le technicien nîmois, adepte de la formation des jeunes, a longuement évoqué des équilibres à trouver.

L'équilibre à trouver, "une question de responsabilité"

"Il n’y aucun centre de formation qui va refuser l’arrivée d’un joueur sous prétexte qu’il est blanc, noir, jaune ou vert, ça n’existe pas, affirme l'entraîneur des Crocos. Concernant l’équilibre du groupe, je vais vous donner un exemple très simple. Prenez la question des musulmans qui font le ramadan. J’ai eu des musulmans jeunes qui faisaient le ramadan et s’entraînaient au mois d’août à Grenoble. Comment on fait? C’est une question de responsabilité. Est-ce que vous entraînez deux fois par jour, en plein caniar, un garçon qui ne boit pas et ne mange pas? C’est une question de responsabilité."

Publicité
Publicité

Plus d'info: RMC Sport

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon