Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Garcia et le LOSC, destins croisés

logo de Sofoot Sofoot 21/04/2018 Par Kevin Charnay
© Fournis par Newsweb

Ce samedi soir, Rudi Garcia retrouve le LOSC. Autant dire que les deux ex ne gèrent pas la rupture avec la même adresse.

« Ce club restera à jamais dans mon cœur, mais je serai leur pire ennemi samedi et je ressortirai mon costume de supporters après la rencontre ». Entraîneur du LOSC entre 2008 et 2013, Rudi Garcia reste sur une histoire globalement très réussie dans le Nord avec un titre de Ligue 1, une Coupe de France et en permettant au club de prendre une autre envergure dans le paysage national. Cinq ans après la rupture, les chemins de Rudi Garcia et de Lille se recroisent à l’occasion de la 34e journée de Ligue 1. Comme à chaque fois que que deux ex se retrouvent, il ne faut pas perdre la face, et montrer que l’on supporte mieux la rupture que l’autre. Et pour l’instant, le constat est clair. Rudi Garcia est celui qui traverse le mieux cette épreuve. Depuis qu’il est heureux en ménage avec sa nouvelle conquête, l’Olympique de Marseille, Garcia est retombé trois fois sur Lille. Résultat : deux victoires, un match nul, aucun but encaissé. Et apparemment, en plus de jeter son bonheur à la tronche de son ex, Rudi Garcia ne peut s’empêcher de vouloir faire le grand seigneur en « lui souhaitant le meilleur ».

Lente dépression pour le LOSC

L’histoire d’amour entre Rudi Garcia et le LOSC débute le 18 juin 2008, lorsqu’il rompt son contrat avec Le Mans après seulement un an de relation pour rejoindre le club nordiste. Une manière de faire qui aurait dû mettre la puce à l’oreille à Lille. Garcia est un bourreau des coeurs. Comme toutes les histoires d’amour, le début d’idylle est un véritable petit nuage. Cinquième, puis quatrième de Ligue 1, le couple connaît son sommet de complicité à la fin de la saison 2011 avec un formidable doublé Coupe-Championnat. A partir de là, leur relation se détériore petit à petit, peut-être usée par la routine. Troisième puis sixième du championnat, le LOSC chute en plus en Coupe d’Europe en terminant dernier de son groupe à deux reprises. A l’été 2013, l’inévitable se produit : c’est la rupture.

Depuis, le LOSC a bien du mal à oublier celui qui l’a tant fait rêver, et ne trouve pas chaussure à son pied. Le club tente de faire le fier en s’offrant une toute nouvelle garde robe. Un stade flambant neuf. Lors de sa première année sans Garcia, le LOSC autrefois si joyeux ne veut pas perdre la face et affiche un semblant de sérénité. Mais ce n’est qu’une façade. Car même si le club termine sur le podium de la Ligue 1 avec René Girard, la joie de vivre et de jouer n’est plus là. Forcément, le masque finit par tomber. Lille enchaîne les coups d’un soir avec Hervé Renard, Fred Antonetti, Patrick Collot, Franck Passi… Le club tente de retrouver de la joie avec le fougueux Marcelo Bielsa, mais celui qui lui a présenté, Gérard Lopez, lui a menti. D’ailleurs, il lui a menti sur toute la ligne. Aujourd’hui au bord de la relégation et des sanctions financières – bref au bord du gouffre – le LOSC est nostalgique. En dépression.

Nouvelle idylle pour Garcia

Alors que pendant tout ce temps, Rudi Garcia s’épanouit comme jamais depuis qu’il a quitté le LOSC. Après tout, dans chaque histoire, il y en a un des deux qui s’en sort mieux, qui sort gagnant de la rupture. Et depuis son départ du Nord de la France, Rudi Garcia s’offre une belle vie. Beau gosse en vogue en 2013, il part vivre un petit conte de fée avec une belle romaine. A la Roma, il vit une relation passionnelle, mêmes s’il est coupable de quelques promesses en l’air après des débuts incroyables. Après deux ans et demi de passion mais aussi de tumultes, il retrouve une femme de caractère en France à Marseille. Et cette fois-ci, Garcia a mûri. Il parvient progressivement à apaiser l’OM et vit aujourd’hui de fantastiques moments, entre balades dans toute l’Europe, et week-ends reposants dans tout l’Hexagone. L’amour est parfois cruel.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Sofoot.com

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon