En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

GP Gde-Bretagne: Hamilton gagne, Vettel craque

logo de Sports.fr Sports.fr 16/07/2017 Thomas Siniecki

Week-end parfait pour Lewis Hamilton. Le pilote Mercedes, non content de remporter dimanche le Grand Prix de Grande-Bretagne (1h21'27"430), profite de la septième place de Sebastian Vettel (Ferrari, +1'33"989), qui a crevé à deux tours de la fin, pour recoller fortement au championnat du monde.

ferrari-home: Sebastian Vettel grille un joker. (Reuters) © Fournis par Sports.fr Sebastian Vettel grille un joker. (Reuters)

A deux tours de la fin, Ferrari limitait encore la casse. Lewis Hamilton continuait de faire cavalier seul en tête à Silverstone, lui qui a dû rester bien éveillé pour ne pas s’endormir seul en tête et valider sa victoire. Mais Kimi Räikkönen tenait sa deuxième place et Sebastian Vettel, doublé par Valtteri Bottas six tours plus tôt, sécurisait la quatrième position. Vettel n’avait pas pu combattre face au Finlandais, sa monoplace semblant à l’agonie par rapport à une Mercedes nettement plus fringante (comme attendu). Mais le véritable coup de grâce n’était pas encore arrivé…

A deux tours de la fin, donc, et de manière à peu près simultanée, Räikkönen et Vettel ont tous les deux crevé sur le pneu avant gauche ! "Iceman" a réussi à accrocher le podium en finissant troisième, passant suffisamment vite au stand et sans trop de dommages. Ça a été beaucoup plus chaotique pour Vettel, qui a dû aller faire un tour dans l’herbe et a gratifié les spectateurs britanniques de superbes et longues étincelles avant de regagner son box. Au final, l’Allemand doit se contenter, à l’arraché, de la septième place.

Six points, c’est évidemment mieux que rien, mais la réalité du classement des pilotes fait tout de même très mal à Vettel. Par voie de conséquence, elle soulage fortement Lewis Hamilton, qui revient à seulement un petit point de son nouveau meilleur ennemi. Le chouchou local s’impose donc pour la quatrième fois de suite à Silverstone, au terme d’un Grand Prix qui est resté extrêmement terne jusqu’à cette petite folie finale. A la mi-saison pile (10 courses sur 20), Vettel n’a d’autre choix que d’accepter la donne.

Plus d'informations à suivre...

Publicité
Publicité

Plus d'infos : Sports.fr

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon