Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Italie: pour Balotelli être capitaine "serait un signe fort contre le racisme"

logo de AFPAFP 14/06/2018
L'attaquant de l'Italie Mario Balotelli pendant un entraînement le 3 juin 2018 à Vinovo © Fournis par AFP L'attaquant de l'Italie Mario Balotelli pendant un entraînement le 3 juin 2018 à Vinovo

Note de l'éditeur : La société de demain se construit aujourd'hui. Ses piliers : égalité des sexes, inclusion économique, droits des minorités, écologie, laïcité, bioéthique. Microsoft News vous fait vivre ces révolutions du quotidien. Retrouvez chaque jour les histoires de celles et ceux qui font évoluer la société.

L'attaquant de l'équipe d'Italie Mario Balotelli a estimé dimanche que lui donner le brassard de capitaine serait "un signe fort contre le racisme" dans son pays.

"Être capitaine ne changerait pas grand-chose pour moi, mais ce serait un signe fort contre le racisme dans le pays", a déclaré l'avant-centre de la Nazionale et de Nice, à la veille d'un match amical contre les Pays-Bas à Turin.

"Je suis en sélection pour marquer des buts. Pas pour être capitaine. Je peux donner l'exemple même sans le brassard. Mais me le donner pourrait être un signe fort pour tous les immigrés qui verraient quelqu'un comme moi, d'origine africaine, devenir capitaine de l'Italie", a expliqué "Super Mario".

Leonardo Bonucci porte actuellement le brassard, mais en cas d'absence de ce dernier, Balotelli, joueur italien le plus capé après le défenseur de l'AC Milan (27 ans et 14 buts en 34 sélections), hériterait du rôle de capitaine avait indiqué le nouveau sélectionneur Roberto Mancini, qui a déjà côtoyé Balotelli lorsqu'il entraînait l'Inter et Manchester City.

Rappelé par ce dernier après quatre d'absence sous le maillot azzurro, Balotelli a marqué contre l'Arabie Saoudite en match amical fin mai. Lors de cette rencontre, une banderole raciste, "Mon capitaine est de sang italien", avait été déployée.

"C'est compliqué, j'ai subi le racisme quand j'étais plus jeune et aujourd'hui je ne sais pas si c'est du racisme ou de la jalousie", a déploré Balotelli.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon