Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Khazri le facteur X

logo de Sofoot Sofoot 14/09/2018 Par Gabriel Attal

Wahbi Khazri est arrivé en guest-star cet été à Saint-Étienne pour 7 millions d’euros (sans compter les bonus). L’attaquant tunisien rend plutôt de bonnes copies et son association avec Rémy Cabella a déjà fait quelques étincelles. Serait-ce la vraie bonne recrue qui pourrait faire passer un cap aux Verts ?

© Fournis par Newsweb

Nous sommes mi-juillet, les supporters stéphanois peuvent exulter. Le bon coup du mercato est là : Wahbi Khazri passe de la Bretagne au Forez pour quelque 7 millions d'euros et un contrat de quatre ans. Quelques mois auparavant, les Verts nageaient pourtant en plein marasme au point de flirter avec la zone de relégation. Avec deux sessions de mercato réussies (Debuchy, Subotić, Salibur, M'Vila, Kolodziejczak, Cabella et Khazri notamment) et un coach compétent arrivé en hiver, l'ASSE s'est relancée et peut voir la vie en rose. Et compter sur un bon Khazri.

Des débuts prometteurs

Depuis le début de la saison, l’ancien Rennais a été placé trois fois en numéro 10 par Jean-Louis Gasset, et une fois sur le côté droit (à Montpellier). De bonnes performances à chaque fois sauf la dernière à Geoffroy-Guichard contre Amiens (0-0). Sa seule prestation en dessous de la moyenne. L’international tunisien (25 sélections) a inscrit un but contre Guingamp en ouverture (2-1) d'une belle reprise de volée. Sur son positionnement, le joueur de 27 ans explique : « Je possède cette faculté de pouvoir m'adapter à n'importe quelle situation et n'importe quelle position. Cela faisait un an que je jouais attaquant. À moi de m'adapter. Ça n'a pas été évident pour moi pendant trois semaines après la Coupe du monde. Mais j'ai repris des jambes. » L’attaquant n’est cependant pas faiseur de miracles : l’ASSE a démarré par une victoire et trois nuls et pointe à la neuvième place.

Vidéo

Khazri apporte en réalité ce qu'il sait faire : de la vitesse, de la percussion, sa capacité de dribble, des frappes de loin et une volonté sans faille. L'Ajaccien de naissance ne ménage pas ses efforts et est au four et au moulin. Un peu comme un Blaise Matuidi. Frédéric Paquet, directeur général du club, s'enthousiasmait au moment de sa signature : « Il est à maturité. Il a non seulement conduit sa sélection jusqu’à la phase finale de la Coupe du monde, mais il a également réussi à montrer son grand talent dans un groupe relevé où la Tunisie a affronté deux des demi-finalistes. C’est le leader technique et le joueur de caractère dont le club a besoin pour garder la dynamique sportive de la deuxième partie de saison dernière. »

Un duo avec Cabella à parfaire

L’autre recrue phare du mercato stéphanois, c’est Rémy Cabella. L’ancien Marseillais, prêté la saison passée à Sainté, a été définitivement acheté (5 millions d’euros) cet été. Sur le papier, le duo avec Khazri semble prometteur, mais en pratique il manque d’automatismes, comme le soulignait Gasset en conférence de presse jeudi : « L’année dernière, quand on est arrivés, on a demandé à Cabella d’être plus efficace. Il a fait six passes décisives et six buts. Pour un joueur offensif, on dira que ça n’est pas mal. Donc, laissez le temps. Ne dites pas qu’il y a un problème. Quand chacun sera à 100%, ils vont se trouver beaucoup plus rapidement. » 

Un constat partagé par l'ancien Bordelais et qui se généralise au secteur offensif (seulement trois buts inscrits en quatre matchs) : « On sait qu'on a de la qualité, mais que ça n'a pas été parfait lors des derniers matchs. On en est conscients. À nous de coordonner les choses. Il y a des joueurs intelligents dans l'équipe. Il ne s'agit pas d'un problème de complémentarité. Cela tient au fait que nous ne sommes pas tous au même point physiquement. Il n'y a pas de Neymar ou de Mbappé chez nous. Ça ne peut pas se faire en claquant des doigts. Ça passe par de la communication, pour savoir ce que l'un veut et ce que l'autre attend. Il faut se parler pour savoir les demandes de l'autre, par rapport aux appels... ce sont des choses à mettre en place. » Pour le choc face à Paris, il faudra peut-être faire une croix sur l'apport de Cabella puisqu'il est incertain (« petite entorse du ligament interne du genou ») d'après son entraîneur. À Khazri, alors, d'endosser le rôle du héros.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Sofoot.com

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon