En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Pourquoi Everton va finir dans le Big Four

logo de Sofoot Sofoot 12/08/2017 Par Nicolas Grellier

© Fournis par Newsweb

Septième de Premier League pour sa première saison entre les mains de Ronald Koeman, Everton a rapidement dû enterrer ses rêves de Big Four. Pourtant, à la faveur d'un des mercatos les plus sexy de Premier League, les Toffees espèrent bien bousculer la hiérarchie au pays de la tarte à la viande cette saison. Bientôt la C1 à Goodison Park ? 

Parce que Klaassen est le hollandais le plus hype depuis Bergkamp

Et si c’était lui qui permettait à Everton de débouler dans le carré VIP ? Arrivé cet été en provenance de l’Ajax Amsterdam, Davy Klaassen débarque en Angleterre comme un crack en puissance. À 24 ans, l’international néerlandais a déjà tout connu dans une Eredivisie rapidement devenue trop petite pour lui. Le brassard de l’Ajax fixé au bras depuis deux ans, le natif d’Hilversum est déjà assis sur trois titres de champion. En débarquant en Premier League, Klaassen essaiera de marcher sur les traces de l’un de ses modèles : Dennis Bergkamp. Dans un entretien récemment accordé au Daily Mail, le blondinet tisse des louanges à son idole : « Quand je regardais la Premier League, c’est lui que je voulais voir. (...) Personne ne peut être comme lui. Il n’y a pas lieu de nous comparer. » Alors oui, Klaassen ne reproduira certainement jamais la merveille du Non-flying Dutchman contre Newcastle, mais il ne devrait pas être en reste au moment de claquer sa dizaine de caramel. Un contrat qu’il a rempli lors des deux dernières saisons, en enfilant vingt-sept pions rien qu’en championnat. L'Oranje pressé. 

Parce qu'avec plus d’attaquants, on marque plus de buts

Donnez le ballon à Romelu et il s’occupe de conclure. Voilà comment on aurait pu résumer l’animation offensive d’Everton la saison dernière. Dans ses souliers taille 51, le belge pesait vingt-cinq buts la saison dernière, ne laissant que des miettes à ses coéquipiers. Une situation que le technicien néerlandais a abordé avec pragmatisme en conférence de presse cet été : « Je préfère avoir plusieurs joueurs qui marquent dix, quinze buts, plutôt qu’un seul joueur qui en plante vingt-cinq. » Ça devrait donc allumer de partout l’an prochain avec Rooney, Klaassen, Mirallas ou encore Sandro, arrivé cette saison en provenance de Málaga. Assurément la marche à suivre pour aller chercher Liverpool, Tottenham ou Chelsea, des clubs qui avaient trois fantassins à plus de dix buts la saison dernière. 

Parce que Michael Keane était courtisé par toute l'Angleterre et qu’il a choisi Everton

Et si finalement, les Toffees s’étaient invités à la table des musclés du Royaume en validant l’arrivée de Michael Keane ? Désiré par tout le pays après un exercice de haute volée au sein de l’arrière garde de Burnley, le défenseur central de 24 ans a surpris en choisissant de poser ses valises chez les Blues de Liverpool. Un choix motivé par le discours de Ronald Koeman, mais aussi par l’image d’un club stable où on peut progresser. Une transaction également permise par les nouveaux moyens financiers à la disposition du club, qui n’a pas tergiversé pour lâcher les vingt-huit millions d’euros nécessaires à convaincre les Clarets. Jagielka vieillissant, le néo international anglais devrait être associé à Ashley Williams, au sein d’une charnière centrale qu’on annonce déjà infranchissable. 

Parce que Ronald Koeman va enseigner à Rooney l'art du coup franc de forain

Après avoir arraché le meilleur classement de l’histoire de Southampton en Premier League et après une bonne première saison avec Everton, Ronald Koeman commence à avoir une belle carte de visite. Mais à l’évocation du Néerlandais, beaucoup se souviennent de sa carrière de joueur et des sacs qu’il envoyait sur coup-franc. Une arme redoutable qu’il devrait enseigner à Wayne Rooney, son nouveau protégé. Rentré à Goodison Park pour consommer une seconde jeunesse, l’international anglais pourrait la vivre grâce aux coups de pied arrêtés. On en frémi d’avance.

Parce que Jordan Pickford est le seul gardien anglais qui n'a pas deux bras en mousse

Trente-quatre millions d'euros, c’est la somme qu’Everton a balancé pour s’adjuger Jordan Pickford, qui ne possède qu'une seule saison pleine en Premier League dans les pattes. Un type que pas grand monde ne connaissait, mais qui est désormais la troisième paire de gants la plus onéreuse de l’histoire du football. S’il n’est pas parvenu à laisser Sunderland dans l’élite, le jeune anglais a multiplié les miracles la saison dernière. En misant autant d’argent sur un portier, les Toffees espèrent acquérir la sérénité associée à la caste des gardiens qui font gagner des points à leurs équipes. Sixième défense du Royaume l’an passé, Everton s’emploie à renforcer une citadelle sur laquelle pas mal d’équipes vont se briser les canines.

Parce qu’il est hors de question que Kevin Mirallas rate l’Euro 2018

Un an après s’être fait taper par le Pays de Galles à l’Euro, la Belgique entend bien se rattraper en allant mettre quelques branlées en Russie l’été prochain. Un rendez-vous déjà coché sur le calendrier de Kevin Mirallas qui espère rayonner dans l’entrejeu d'Everton, tout en éblouissant son sélectionneur Roberto Martinez. Auteur de quatre petits buts lors de l’exercice précédent, l’international belge devra néanmoins régler la mire pour espérer serrer la main de Vladimir Poutine le 15 juillet 2018.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Sofoot.com

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon