En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

PSG-Guingamp : "La magie du football c'est l'opposition des extrêmes", souligne le président de l'En Avant

logo de Franceinfo Franceinfo 13/08/2017 Franceinfo

L'En Avant reçoit dimanche le PSG. Le président du club de Guingamp, Bertrand Desplat, est impatient de "relever ce genre de défi".

© Fournis par Francetv info

L'ambiance sera survoltée dimanche 13 août dans la soirée au stade du Roudourou qui accueille le PSG et sa toute nouvelle star, l'ex-attaquant du Barça, Neymar, acquit pour 222 millions d'euros. Une perspective qui ne semble pas impressionner le club, qui malgré sa place de petit Poucet, bat régulièrement le PSG sur le terrain. "La magie du football, c'est l'opposition des extrêmes. Et je crois que c'est un vrai clin d'œil des dieux du football que ce premier match ait lieu au Roudourou dans un club qui est, effectivement, l'un des plus faibles budgets du championnat de Ligue 1", a souligné dimanche sur franceinfo, Bertrand Desplat, le président de l’En Avant.

franceinfo : Quelle est l'ambiance avant match ? Beaucoup d'excitation ?

Bertrand Desplat : Non, au sein du club il y a beaucoup de professionnalisme, donc beaucoup de calme. A l'extérieur, évidemment, il y a une effervescence extraordinaire. Il y a toujours une effervescence quand on reçoit le Paris Saint-Germain de ces dernières années. C'est vrai qu'elle est décuplée par le fait que Paris a été rejoint depuis, par une star mondiale. On va effacer le dernier record d'affluence du Roudourou : un peu plus de 18 260 personnes seront présentes ce soir dans l'enceinte. Je crois qu'on a reçu pas loin de 500 demandes d'accréditation du monde entier alors qu'on ne peut accueillir que 80 journalistes dans notre tribune de presse. Donc, le choix a été extrêmement difficile.

Il faut dire que Neymar est une star planétaire, 80 millions de fans le suivent par exemple sur son compte Instagram. Ça vous fait quoi de savoir qu'on va parler de Guingamp ce soir à travers le monde, de l'Asie au Brésil ?

Je crois qu'avant tout c'est un message extraordinaire, que les dieux du football sont formidables parce qu'ils rappellent à ceux qui pourraient penser que le football doit être uniformisé, sans saveur, peut-être orienté uniquement sur des valeurs d'argent, qu'il a besoin d'un football en face populaire pour exister. La magie du football c'est l'opposition des extrêmes. Et je crois que c'est un vrai clin d'œil des dieux du football que ce premier match ait lieu au Roudourou dans un club qui est, effectivement, l'un des plus faibles budgets du championnat de Ligue 1 mais qui a envie de compter, comme le PSG, mais chacun à son étage.

Votre budget c'est 1/8e de la somme déboursée par le PSG pour le seul Neymar. Vous pensez que vous allez gagner ce soir, que vous allez défendre vos arguments ?

Ce que pense le coach, les autres joueurs, c'est qu'il y a eu d'autres stars du PSG, je pense à Ronaldinho, je pense à Ibrahimovic, qui se sont déplacées au Roudourou, et on aimerait qu'ils aient une histoire en commun à raconter quand ils rencontreront Neymar la prochaine fois. On a battu le PSG l'année dernière, on l'avait battu je crois deux ans auparavant. On aime bien ce genre de match parce que Guingamp c'est un club qui cherche l'exploit, l'exploit permanent. La dimension de notre ville, le tissu économique devraient nous amener à jouer en 5e, 6e ou 7e division. Mais nous, on aime relever ce genre de défi. Quand c'est impossible on commence à y croire. C'est ce qui va se passer quand on va entrer sur le terrain ce soir.

Si vous croisez Neymar, vous allez lui demander un autographe ?

Ah non ! Ce n'est pas du tout le genre des Guingampais. Nous on va l'accueillir évidemment avec un énorme fairplay, avec beaucoup de respect mais ça s'arrête là. Et je vous assure qu'à partir du moment où il va mettre les pieds sur le terrain, ce sera un adversaire comme les autres et, au Roudourou, les adversaires, on cherche tout simplement à les battre.

Publicité
Publicité

PLUS D’INFO : FRANCEINFO

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon