Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

PSG: le bulletin de notes des champions de France

logo de RMC Sport RMC Sport 15/04/2018 Alexandre JAQUIN

Le PSG a décroché le septième titre de son histoire en dominant Monaco, ce dimanche au Parc des Princes, en clôture de la 33e journée de Ligue 1. L’occasion de passer en revue l’effectif des champions de France. Avec de belles satisfactions et quelques grosses déceptions.

Le PSG © AFP Le PSG

Félicitations

Ils étaient attendus comme les éléments moteurs de ce PSG 2017-2018. Et ils ont largement répondu présents. Recrutés à prix d’or l’été dernier, Neymar et Kylian Mbappé ont été à la hauteur des espérances en Ligue 1. La star brésilienne, plus ou moins motivée par certains matches, a régalé les observateurs avec sa technique et sa vista hors du commun. Avant sa blessure fin février, l’attaquant de 25 ans avait compilé 19 buts et 13 passes décisives en 20 matches. Et fonçait vers le titre de meilleur joueur du championnat. Dans son sillage, Mbappé a également été convaincant. Avec des hauts et des bas, le surdoué de Bondy, qui compte 13 buts et 7 passes dé, a su appréhender le contexte parisien. Devant ce duo magique, Edinson Cavani s’est fait plaisir (25 buts en 29 matches) en devenant le meilleur buteur de l’histoire du PSG devant Zlatan Ibrahimovic.

L’autre secteur qui n’a pas déçu, c’est la défense centrale. Critiqué l’an passé après la remontada de Barcelone, Thiago Silva a su se remobiliser pour sortir une saison parfaite. Le capitaine brésilien a été bien épaulé par Marquinhos et Presnel Kimpembe, tous deux irréprochables. Au milieu, Adrien Rabiot a également été impressionnant. Le volume de jeu et l’aisance naturelle de l’international français a fait beaucoup de mal à ses adversaires directs.

Encouragements

Il n’a pas encore pleinement convaincu, notamment en Ligue des champions. Mais en Ligue 1, Alphonse Areola a fait le boulot et démontré une vraie progression par rapport à la saison passée. Pas de quoi empêcher Paris de chercher un nouveau gardien à l’intersaison, mais ça mérite des encouragements. Idem pour Giovani Lo Celso. Le milieu de terrain argentin, qui s’est imposé en sélection, a été la belle révélation de la saison parisienne. En relayeur ou en sentinelle, le joueur de 22 ans (29 matches) a été souvent brillant, même s’il manque encore d’impact à la récupération.

Si on ne jugeait que sa première partie de saison, Angel Di Maria aurait un avertissement. Mais sur seconde partie, il aurait les félicitations. On a donc choisi de le placer dans cette catégorie après cet exercice en deux temps, où l’ailier argentin a flirté avec le néant avant de redevenir génial en 2018. Pour Thomas Meunier, c’est différent. Le latéral belge est toujours très bon lorsqu’il est aligné. Mais en étant la doublure de Daniel Alves, il n’a pas eu l’occasion d’exposer ses qualités dans les grands rendez-vous. Avec 15 matches et 3 buts, Christopher Nkunku a lui gratté un temps de jeu inespéré. Et le milieu de 20 ans s’en est plutôt bien sorti.

Passable

C’est peut-être un peu sévère pour lui, mais on en attend plus d’un joueur comme Marco Verratti. Sans être mauvais, loin de là, l’international italien n’a pas été souvent étincelant non plus. Il fait toujours des différences dans l’entrejeu, mais ses coups de génie se sont raréfiés au fil des mois. Idem pour Julian Draxler. L’Allemand a eu une très belle période au sein du milieu à trois, mais il n’a pas énormément pesé au final. Et sa deuxième partie de saison a été nettement moins brillante.

Il avait démarré le championnat en trombe. Guerrier, précis, décisif, Daniel Alves s’est vite imposé comme le taulier de ce nouveau PSG. Mais il a perdu de sa superbe au fil des semaines. Jusqu’à passer parfois complétement au travers, comme lors de la défaite à Lyon (2-1 fin janvier). Comme redouté à son arrivée, Yuri Berchiche s’est révélé être un joueur moyen. Mais en championnat, avec des partenaires aussi forts, ça a suffi à l’ancien de la Real Sociedad pour faire le boulot. Ni plus ni moins. Un peu à l’image des prestations de Lassana Diarra depuis son recrutement au mercato d’hiver. En 8 apparitions, le Français de 33 ans n’a pas fait de fioritures, mais pas d’étincelles non plus.

Avertissements

C’est la grosse déception de la saison à Paris. Alors qu’il était censé s’éclater avec Rabiot et Neymar devant lui, Layvin Kurzawa a été en grande difficulté. Fébrile en défense et peu utile devant, le joueur de 25 ans a réussi à perdre sa place chez les Bleus. Son départ est évoqué cet été et ça n’a pas l’air de déranger grand monde.

Lui aussi a beaucoup déçu ces derniers mois. Sur le pré et en dehors. Après avoir à nouveau enchaîné quelques blessures, Javier Pastore a plusieurs fois exprimé son spleen et son envie de jouer plus dans la presse. Sauf que ces performances n’ont jamais contraint Unai Emery a bouleversé la hiérarchie. Son histoire dans la capitale touche peut-être à sa fin.

Absents

Relégué au rang de doublure, Kevin Trapp a vécu cet exercice sur le banc, à observer un Areola très propre en championnat. L’international allemand a longtemps espéré reprendre sa place de titulaire. En vain. Avec 13 petites apparitions au compteur, Thiago Motta n’a pas suffisamment pesé sur ce championnat pour être placé dans une catégorie. Pour ces derniers mois de footballeur, l’international italien a plus fréquenté l’infirmerie que le terrain.

Et que dire d’Hatem Ben Arfa? L’attaquant français semblait promis à une saison blanche en restant lors des deux derniers mercatos (été et hiver). Et c’est exactement ce qu’il s’est passé. Il quittera le club par la porte de service en juin, à la fin de son contrat.

MSN vous suggère aussi:

Jardim: «Un match cauchemar»

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Publicité
Publicité

Plus d'info: RMC Sport

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon