Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Qui est Stefanos Tsitsipas, la révélation de l’été

logo de Sport24 Sport24 10/08/2018 Jean-Côme Trohel
sport24 © AFP sport24

Le prodige grec Stefanos Tsitsipas a frappé fort hier soir en écartant Novak Djokovic en 8 de finale du Masters 1000 de Toronto (6-3, 6-7, 6-3). Le voici en ¼ de finale prêt à défier Alexander Zverev.

A pas encore 20 ans (il les fêtera dimanche), l’Hellène réalise une superbe saison et ne cesse de progresser. Ancien numéro un mondial chez les juniors, Tsitsipas a confirmé son exceptionnel potentiel cette saison. Déjà auteur de quatre victoires sur des membres du Top 10, dont deux cette semaine à Toronto (Thiem et Djokovic), le Grec est venu s’ajouter à la liste des prodiges appelés un jour à renverser les rois Federer, Nadal et Djokovic qui dominent le circuit depuis plus de 10 ans. Demi-finaliste la semaine dernière à Washington (battu par Zverev), Tsitsipas a enchainé cette semaine en battant deux membres du top 10 consécutivement pour rallier le premier ¼ de finale de sa carrière en Masters 1000.

Première victoire face à un membre du «Big Four»

Vainqueur de Dominic Thiem en deux sets mercredi (6-3, 7-6), le Grec s’est avancé dans la peau de l’outsider hier face à un Novak Djokovic retrouvé depuis sa victoire à Wimbledon. Si Djokovic a semblé parfois fébrile hier, ce ne fut pas le cas du natif d’Athènes, nullement impressionné par l’ogre serbe. Calme et déterminé, Tsitsipas est entré sur le court tel un gladiateur dans une arène. Après un premier set rondement mené (6-3), le Grec n’a pas su conclure face à un Djokovic combattif qui a empoché le deuxième set au tie-break. Sans paniquer, le jeune Stefanos est reparti à l’attaque, se détachant d’entrée dans le set décisif (3-0) pour s’imposer 6-3, 6-7, 6-3 en 2 heures et 17 minutes.

Un futur vainqueur de Grand Chelem ?

Cette victoire, sa première face à un des membres historiques du « Big Four »est une confirmation du potentiel et de l’énorme talent de ce jeune joueur. Grand par la taille (1m93), Tsitsipas s’appuie sur son bon coup droit pour rentrer dans le court dès qu’il en a la possibilité, sans hésiter à venir parfois conclure le point au filet. Coaché à la fois par son père Apostolos et Kerei Abaca, coach de l’académie Mouratoglou, le droitier, revers à une main, a tout d’un futur vainqueur de Grand Chelem. Performant sur toutes les surfaces et notamment sur terre battue (il y a joué sa première finale sur le circuit à Barcelone en mai dernier), c’est sur herbe qu’il est le plus à l’aise. Abaca confiait à son sujet, lors d’une interview accordée à L’Equipe Magazinerécemment  :« Son père lui répète souvent que le premier tournoi du Grand Chelem qu’il gagnera sera Wimbledon. Le gazon va assez bien à son jeu, il ne le sait pas encore mais il peut être un joueur très offensif.»  

27 mondial, le Grec sera au pire 23 lundi prochain, ce qui sera le meilleur classement de la carrière d’un joueur qui a déjà écrit l’histoire de son pays en devenant le premier Grec à entrer dans le top 100. En compagnie de Zverev, Thiem, Kyrgios, Shapovalov, Coric ou encore l’Australien Alex de Minaur, Tsitsipas fait partie de cette nouvelle génération de joueurs talentueux et promis à un brillant avenir. Il défiera ce soir Alexander Zverev, d’un an son ainé mais déjà numéro 3 mondial. Leader de cette nouvelle génération, il ne manque à l’Allemand, déjà vainqueur de trois masters 1000 et tenant du titre au Canada, qu’un titre du Grand Chelem pour confirmer son statut de nouvel ogre du circuit. Un statut que Tsitsipas n’a pas encore, lui qui n’a pour l’instant pas gagné le moindre titre sur le circuit principal.

Publicité
Publicité

Plus d'infos : Sports24.fr

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon