Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Tops/Flops Real Madrid-PSG : Ronaldo toujours présent, Lo Celso trop tendre

logo de Sport24 Sport24 14/02/2018 Teddy Vadeevaloo

TOPS 

Ronaldo, symbole de ce Real Le Real a été d’une efficacité diabolique et Cristiano Ronaldo n’y est évidemment pas étranger. Si ses deux buts - l’un inscrit sur penalty, l’autre en contrant un mauvais dégagement de Marquinhos – n’ont pas été franchement esthétiques, ils comptent énormément dans cette double-confrontation face au PSG. Auteur de 10 tirs dans ce match (4 cadrés), le quintuple Ballon d’Or s’est comporté en leader offensif et a dépassé les 100 buts en C1 avec le Real (101). 

Sergio Ramos, ce guerrier Face à Paris, Sergio Ramos a encore prouvé qu’il était un des meilleurs défenseurs du monde. Toujours aussi intraitable dans les duels, il a récupéré le plus de ballons dans son équipe (8, à égalité avec Modric) et a notamment signé un sauvetage incroyable au cœur d’une période difficile pour le Real en se plaçant bien pour contrer un tir de Kimpembe. Lui aussi un vrai patron en défense. 

Kroos, toujours aussi propre Touchant le plus de ballons côté Real (88), le milieu allemand a surtout été précieux par ses transmissions toujours justes avec un taux important de réussite (98,5%), y compris dans le camp adverse (97,4%). Le Madrilène a été important pour assurer les transitions sur les nombreux contres du Real.

FLOPS

Lo Celso n’a pas été au niveau Au coup d’envoi, Unai Emery a surpris en titularisant les jeunes Kimpembe et Lo Celso d’entrée, alors que l’on attendait le capitaine habituel Thiago Silva et l’expérimenté mais trop court Lassana Diarra. Un choix risqué, notamment pour Lo Celso, qui n’a gagné que 25% de ses duels, a perdu des ballons dangereux et a surtout concédé le penalty qui relance le Real avant la pause. Titulaire assez bas, l’Argentin a fait son jeune âge sur la pelouse de Bernabeu (21 ans). 

Neymar, par moments agaçant Le Brésilien était le Parisien le plus attendu à Bernabeu mais il a réellement manqué d’influence dans son équipe. Pour un joueur de son standing, on était en droit d’attendre mieux que ses habituels accélérations vaines. S’il a beaucoup porté le ballon, il n’a pas toujours fait les bons choix et s’est souvent emmêlé les pinceaux ou buté sur la défense madrilène.   

Les choix d’Emery en question Au-delà de ses choix de départ, on peut également discuter le coaching d’Unai Emery, qui n’a fait entrer ni Di Maria, homme en forme du début 2018, et ni Diarra, qui aurait pu apporter de l’expérience dans l’entrejeu. Remplaçant un Cavani fantomatique par Meunier, il a opéré un coaching prudent dès la 66eme minute alors que son équipe était dans une bonne phase à 1-1. Puis il a fait entrer Draxler, qui n’a pas davantage convaincu que le Belge, dépassé par la vitesse d’Asensio en fin de partie. 

Publicité
Publicité

Plus d'infos : Sports24.fr

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon