Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Yann Gboho, tout simplement joueur

logo de Sofoot Sofoot 09/11/2018 Par Clément Gavard
© Fournis par Newsweb

Le grand public a pu découvrir le nom de Yann Gboho, un joueur du Stade rennais, au coeur de l’affaire du fichage ethnique mis en place par le PSG dans le recrutement de ses jeunes pépites entre 2013 et 2018. Mais avant d’être un blase balancé dans les Football Leaks, Gboho est un espoir français de 17 ans considéré comme très prometteur.

Yann Gboho aurait certainement aimé faire parler de lui en claquant un pion en Ligue Europa sous le maillot de Rennes jeudi soir. Ou même tout simplement en faisant ses débuts chez les professionnels, à l’instar de Han-Noah Massengo, son pote de la génération 2001, entré en jeu lors de la déroute monégasque face à Bruges (0-4) mercredi. Mais non, le jeune Gboho, 17 ans, a eu le droit de voir son nom associé à l’affaire de fichage ethnique pratiqué par certains recruteurs au sein du centre de formation du PSG entre 2013 et 2018. Repéré en 2013, le joueur suscite des débats en interne et fait les frais d'une réflexion sur l'origine des jeunes joueurs à recruter, illustrée par des propos tenus par Marc Westerloppe, alors directeur de la cellule de recrutement du club dans tout le pays sauf en Île-de-France. « On ne va pas revenir sur ce sujet. Il y a un problème sur l’orientation du club, il faut un équilibre sur la mixité, trop d’Antillais et d’Africains sur Paris », juge-t-il selon le compte-rendu d'une réunion formation révélée par les Football Leaks. Voilà comment le grand public a pu entendre le nom de Yann Gboho pour la première fois. Seulement, il serait bien dommage de réduire le joueur à une simple victime d'une pratique douteuse.

Sur les traces du tonton

Né à Man, en Côte d’Ivoire, le gamin fait ses débuts sur les terrains de foot avec l’Aiglon du Lamentin, un club omnisports martiniquais, entre 2010 et 2013. Il rejoint ensuite la métropole et file en Normandie, où il continue de tâter le cuir au FC Rouen. « Il est arrivé à Rouen en U13 et on a tout de suite vu que c'était un talent, racontait Thomas Leyssales, responsable de la formation au FCR à l'époque, à Goal. Il a montré rapidement de belles choses et tous les clubs français et européens se sont vite affolés sur lui. » Le jeune Yann est rapidement repéré par Serge Fournier, le recruteur du PSG sur les terres normandes, lors d'une rencontre entre l'US Sapins et Rouen, le 2 novembre 2013, d'après les révélations des Football Leaks rapportées par Mediapart. La suite, tout le monde la connaît désormais.

Très attaché à sa famille, Gboho repousse notamment l'INF Clairefontaine et signe finalement au Stade rennais à l'été 2016, alors qu'il est déjà courtisé par de nombreux clubs européens. « Nous l'avons fait signer quand j'étais à la direction du centre, se souvient Yannick Menu, aujourd'hui à Monaco. Rennes fait partie des meilleurs clubs français en terme de formation, puis il y avait une attractivité importante pour notre club chez cette famille. Je pense que ses parents accordaient une grande confiance aux gens qui étaient au centre de formation, surtout que son oncle était passé par chez nous. » Ambroise Gboho (24 ans) - finaliste de la dernière Coupe de France avec les Herbiers (face au... PSG) la saison dernière et désormais à Westerlo en Belgique - venait en effet de passer trois saisons avec la réserve de Rennes, avant de quitter le club breton pour Épinal, quelques jours seulement avant l'arrivée de son neveu. Comme un passage de flambeau.

Premier contrat pro et karma

Il ne faut pas longtemps à Yann Gboho pour s'intégrer au SRFC et faire parler son talent. Dès sa première saison en Bretagne, il claque 15 pions avec les U17 Nationaux, avant d'intégrer le groupe Espoirs dirigé par Julien Stéphan. Le milieu offensif alterne les apparitions avec les U17 et les U19 et fait même ses débuts avec la réserve rennaise. Le 24 mai dernier, il signe un premier contrat professionnel jusqu'en 2021 avec le Stade rennais à l'âge de 17 ans. « Une récompense logique », selon les mots de son entraîneur Romain Ferrier sur le site officiel du club. Et si Gboho dit avoir pour ambition de « jouer au Roazhon Park », il décide de fêter ça deux jours plus tard avec un but lors de la demi-finale du championnat de France des U17 contre... le PSG (3-0), à Brive. Rebelote la semaine suivante : Gboho fait trembler les filets et Rennes s'impose en finale contre Toulouse (2-0). Les jeunes pousses rennaises ramènent la coupe à la maison et Gboho marque encore une fois les esprits.

Au point d'intégrer tout doucement le groupe professionnel de Sabri Lamouchi durant la dernière préparation estivale. L'ancienne pépite de Rouen fait même ses premières apparitions dans le groupe professionnel contre Lille, Angers et Bordeaux au mois d'août, sans jouer pour autant. Dans la foulée, il est appelé en équipe de France U18 par le nouveau sélectionneur Jean-Luc Vannuchi, mis au courant de ses performances sous la tunique tricolore depuis les U16. « Mon adjoint m'a aiguillé sur lui pour mon premier rassemblement. C'est un joueur qui sait faire des différences individuelles, mais il doit encore s'améliorer dans la dernière passe, la finition ou dans la gestion de ses matchs car il dépense beaucoup d'énergie, éclaire Vannuchi. S'il progresse dans ces domaines, c'est certain qu'il va devenir un très bon joueur. » En attendant, Yann Gboho a encore le temps de faire ses gammes à Rennes et de faire parler lui comme ce qu'il pourrait devenir : un bon joueur de football.

Publicité
Publicité

Plus d'info : Sofoot.com

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon