Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

JO d'hiver 2018 : pourquoi les tenues de skeleton britanniques font polémique

logo de Franceinfo Franceinfo 14/02/2018 Franceinfo

Plusieurs athlètes se sont étonné des bonnes performances des Britanniques dans la discipline. D'après eux, elles seraient le résultat d'une nouvelle tenue plus aérodynamique.

© Fournis par Francetv info

Ils iraient plus vite grâce à leurs nouvelles tenues "révolutionnaires". Une plainte a été déposée auprès de la Fédération internationale de skeleton. En cause : plusieurs athlètes contestent la légalité des nouvelles tenues arborées par l'équipe britannique lors des JO de Pyeongchang (Corée du Sud). Pour quelles raisons ? Franceinfo vous explique.

D'où part la polémique ?

Tout a commencé lors des séances d'entraînement, à Pyeongchang. "Les sourcils se sont sans doute levés parmi les équipes concurrentes quand Dom Parsons a fait le meilleur temps dans la deuxième descente des entraînements", explique le quotidien The Guardian (en anglais). En effet, le skeletoneur britannique n'est que 12e au classement mondial dans sa discipline, indique le site des Jeux olympiques. Du côté des femmes, même surprise. Laura Deas et Elizabeth Yarnold réalisent les meilleurs temps lors des entraînements, alors qu'elles sont respectivement septième et neuvième sur la saison 2017-2018.

Quelles ont été les réactions ?

"Il est frappant de constater qu'après une très mauvaise saison, les Britanniques dominent", remarque la Belge Kim Meylemans, citée par la RTBF. Cette athlète se souvient alors d'une déclaration d'Elizabeth Yarnold : "Quand Yarnold a dit il y a quelques mois qu’elle aurait quelque chose pour aller sur le podium, j’ai directement compris qu’il allait se passer quelque chose au niveau de leur équipement", explique-t-elle encore au site DH.be.

En cherchant la raison de cette belle (mais improbable) performance britannique, elle est tombée sur l'article du Guardian. "Il explique que les Britanniques gagneraient une seconde par manche grâce aux nouvelles combinaisons", rapporte-t-elle. Pour Kim Meylemans, c'est "contraire aux règles". "Avec d’autres pays, nous avons déposé une plainte auprès de la fédération internationale. On va voir si elle pense que la combinaison est illégale. Si elle rejette la plainte, nous devrons l’accepter", ajoute la sportive, selon des propos rapportés par Le Soir.

Qu'a-t-elle de particulier, cette tenue ?

"Révolutionnaire" et "innovante" : c'est ainsi que le Guardian décrit les nouvelles combinaisons de l'équipe de Grande-Bretagne, conçues en polyuréthane par les scientifiques de la société TotalSim et par l'Institut britannique des Sports. Elles disposent par exemple d'ailerons permettant une moindre résistance de l'air sur le corps. Le quotidien britannique assure qu'elles sont fabriquées sur-mesure pour chaque athlète après être passé sous un scanner 3D.

En bref, il s'agit d'une combinaison plus aérodynamique qui accroîtrait la vitesse des athlètes qui la portent. Elle est inspirée des tenues conçues par TotalSim pour les cyclistes britanniques, note Cycling Weekly (en anglais). Et depuis son arrivée en cyclisme, lors des JO d'été de Pékin en 2008, elle a fait ses preuves puisque l'équipe britannique a remporté 14 médailles dans la discipline, d'après The Guardian. En sera-t-il de même en skeleton ? Réponse à partir du 15 février.

Publicité
Publicité

PLUS D’INFO : FRANCEINFO

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon