Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Le Canada confiant malgré le refus de Rome de ratifier l'accord commercial avec l'UE

logo de AFPAFP 14/06/2018

La ministre canadienne des Affaires étrangères a dit jeudi rester "confiante" que l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada (Ceta) sera bien ratifié par l'ensemble des parlements nationaux des 28, malgré le refus exprimé par le nouveau gouvernement italien.

Le Ceta "est déjà entré en application, de manière provisoire" depuis le 21 septembre et "cela signifie que près de 100% de son impact économique est déjà ressenti par les Canadiens et les Européens", a relevé Chrystia Freeland lors d'une conférence de presse à Washington où elle se trouve pour rencontrer divers élus américains.

La ministre a souligné que le gouvernement canadien avait "eu de bonnes discussions sur le Ceta avec le chef du gouvernement italien (Giuseppe) Conte à Charlevoix", lors du sommet du G7 le week-end dernier, "et nous sommes impatients de poursuivre cette discussion".

Se réjouissant de la récente ratification du Ceta par l'Autriche, elle s'est dite "confiante d'avoir une pleine ratification en fin de compte."

Si d'aventure le Ceta ne devait pas être ratifié par les 28, cela marquerait un revers majeur pour le Canada qui a un besoin crucial de diversifier ses marchés vu le repli protectionniste actuel des Etats-Unis, son premier partenaire commercial.

Mme Freeland s'exprimait suite à des propos tenus par le nouveau ministre italien de l'Agriculture: "Nous ne ratifierons pas l'accord de libre-échange avec le Canada parce qu'il ne protège qu'une petite partie de nos AOP (appellations d'origine protégée) et de nos IGP (indications géographiques protégées)", a expliqué Gian Marco Centinaio, dans La Stampa.

"Nous demanderons au Parlement de ne pas ratifier ce traité et d'autres similaires au Ceta. Tout ceci est prévu dans le contrat de gouvernement", conclu entre la Ligue (extrême droite) et le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème), majoritaires au Parlement, a-t-il précisé.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon