Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

XV de France, de pire en pire

logo de Sport24 Sport24 12/02/2018 David Reyrat

Les Bleus, une nouvelle fois battus et englués dans la sinistrose, sont sous pression avant de recevoir l’Italie.

Relire la vidéo

Jusqu’où le XV de France va-t-il plonger ? Côté sportif, il est sur le point de quitter le Top 10 mondial, vu son avance infime (0,04 point) désormais sur le Japon. Ce qui ne serait pas un scandale. En novembre dernier, la 11e nation au classement World Rugby fut à une transformation - ratée de peu - de s’imposer à la U Arena. Les Bleus s’en étaient tirés avec un match nul, confirmant cependant qu’ils ne battaient plus personne. Bientôt un an sans victoire. Dans la lignée des dernières saisons. Depuis 2013 inclus, le XV de France termine chaque année avec plus de défaites que de succès.

Les sélectionneurs passent. Sans solution malgré les promesses de lendemains meilleurs. Saint-André, Novès, maintenant Brunel. Et les Bleus continuent à perdre. À qualifier certaines de leurs défaites d’encourageantes. Sauf, qu’à force, la sinistrose règne à Marcoussis et dans les esprits. Tout se mélange. La perte de confiance, la lutte entre les puissants clubs du Top 14 et la Fédération pour des joueurs pris en otage, les affaires extrasportives qui ternissent l’image du rugby français. Pour des nerfs à vif.

Dernière mauvaise publicité en date ? Lundi, la police écossaise a débarqué de leur avion quelques joueurs de l’équipe de France. La rumeur a alors enflé. Bagarre, agression sexuelle. Des faits vite démentis par les autorités locales. Les Bleus ont été entendus comme « simples témoins » et « aucun crime » n’a été commis.Mais le mal était fait, le marasme un peu plus pesant.

Perte de confiance profonde

© Panoramic

Peut-on espérer voir bientôt la fin du tunnel ? L’heure n’est pas à l’optimisme. Guy Novès a été renvoyé. Jacques Brunel est arrivé. Bernard Laporte a même renfilé le survêtement. Si l’électrochoc a agi sur Teddy Thomas (trois magnifiques essais en deux matchs), la perte de confiance est tellement profonde, le manque de talent tellement criant, que l’équipe de France ne parvient pas à gagner des matchs à sa portée. Un drop dans les arrêts de jeu de Sexton pour une défaite sur le fil face à l’Irlande (13-15), une kyrielle de fautes pour offrir la victoire aux Écossais en seconde période (32-26).

«On nest plus très loin»,assure Jacques Brunel. Méthode Coué vite battue en brèche par son capitaine. «Ça empire»,a glissé à Murrayfield un Guilhem Guirado dépité, danaïde d’un vaisseau bleu percé de toutes parts. Qu’on bouche la voie d’eau de la défense, c’est par celle de la discipline qu’elle s’engouffre à gros bouillons. Qu’un joueur se révèle (Penaud, Dupont, Jalibert… la liste est longue), il tombe aussitôt au champ d’honneur.

Au point qu’on ne voit plus qui pourrait sauver le XV de France. Le nom de Mathieu Bastareaud est susurré. Mais le puissant centre de Toulon n’incarne ni la nouveauté, ni le French Flair. Mais sa puissance pourrait soulager les Bleus, le vendredi 23 février à Marseille, pour une victoire cruciale face à l’Italie. L’enjeu ? Éviter la cuiller de bois. Car personne ne croit, ensuite, ce XV de France capable de battre l’Angleterre, en route vers un troi­sième sacre consécutif. Ni ne l’imagine s’imposer à Cardiff. La pression sera donc maximale dans onze jours au ­Stade Vélodrome pour ce qui était, jadis, une formalité. Mais les Bleus sont tombés si bas qu’ils ne sont plus à l’abri d’aucune humiliation.

Sir Clive Woodward a parlé dimanche, après la défaite à Murrayfield, de «la pireéquipe de France»qu’il ait jamais vue. Franchement, on va attendre quelques jours pour se prononcer. Avec ces Bleus délavés, moral en berne et technique au rebut, le pire semble toujours à venir.



Chaque semaine, ne manquez pas le meilleur de l'info!


Publicité
Publicité

Plus d'infos : Sports24.fr

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon