Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

L’avènement de Charlotte Bonnet

logo de Sport24 Sport24 09/08/2018 Cédric Callier
sport24 © Panoramic sport24

Longtemps présentée comme la nouvelle reine de la natation française, la Niçoise s’est enfin assise sur le trône lors des Championnats d’Europe à Glasgow.

« Une concrétisation de ses désirs.» Fabrice Pellerin avait le sens de la formule, lundi dernier, alors que sa protégée, Charlotte Bonnet, venait tout juste de remporter la finale du 200m nage libre aux Championnats d’Europe de Glasgow. Son premier titre international en individuel et en grand bassin, à 23 ans. Celui qu’elle attendait avec impatience, elle qui, à 17 ans, était déjà présentée comme la future pépite de la natation française après avoir décroché la médaille de bronze olympique à Londres en 2012 lors du relais 4x200m. Celle qui devait succéder à Laure Manaudou et Camille Muffat. Cette dernière avec qui elle avait d’ailleurs noué des liens extrêmement forts, presque fraternels du côté de Nice où les deux jeunes femmes s’entraînaient.

La disparition tragique de Muffat en mars 2015, lors d’un accident d’hélicoptère, avait d’ailleurs agi comme un électrochoc, comme elle l’avait confié quelques semaines après dans les colonnes de L’Equipe : « Je me suis dit que j'avais moins le droit de me plaindre de mon sort, qu'il fallait que j'avance. En fait, et c'est malheureux, j'avais besoin d'un événement qui m'amène à me dire : Réveille-toi ! Arrête de te prendre la tête, tu n'es pas moins forte que les autres. Tu mérites de réussir ! Il faut te battre. Je devais le faire pour moi.» Et peut-être aussi un peu pour Camille, ce modèle qui n’avait jamais cessé de croire en son potentiel.

Néanmoins, de la prise de conscience à la matérialisation sur les podiums, Bonnet allait devoir patienter encore deux longues années, entre des JO à Rio en 2016 compliqués par le climat délétère régnant au sein de l’équipe de France et des Mondiaux anonymes à Budapest l’année suivante (8e de la finale du 200m nage libre). De grand espoir, la native d’Enghien-les-Bains prenait le risque d’échouer directement à la case «never been», celle des promesses non tenues. Jusqu’à son titre de championne d’Europe du 200m en petit bassin à Copenhague en décembre dernier qui lui a fait passer un cap. Sportivement, mais aussi et surtout mentalement. « Avant, je me plaçais toujours dans une position d’infériorité, je ne retenais que le négatif», rappelait-elle après son superbe titre à Glasgow lors du 200m qu’elle a survolé de la tête et des épaules lundi dernier. « J’avais du mal aussi à gérer l’attente autour de moi. Et à gérer aussi ma propre attente, car je suis très impatiente. Il m’a fallu du temps pour comprendre que l’échec aussi pouvait me faire avancer.» 

Les épreuves -la disparition de sa grand-mère ou de Muffat -, les échecs furent autant d’étapes douloureuses mais constitutives de la championne qui a éclos cette semaine à Glasgow avec trois titres européens – sur le 200m, le 4x100m féminin et le 4x100m mixte – et une médaille de bronze sur le 100m nage libre. Un bilan exceptionnel, y compris à ses yeux souvent trop exigeants : « J'ai fait un 200m de folie et je fais un bon 100m malgré la fatigue. On s'habitue à ce que je batte à chaque fois mes temps mais ça ne marche pas comme ça malheureusement. J'ai fait presque tous mes meilleurs temps, je me suis alignée sur tous les relais : je ne pouvais pas faire mieux en termes de médailles et d'investissement.» Reste maintenant à voir la suite, que son entraîneur, Pellerin, espère sur la même lignée : « Ce titre va lui amener quelque chose en plus ou peut-être en moins, ce poids de devoir prouver qu'on est motivé, qu'on a envie de faire des choses et qu'on sait les faire. On attend toujours plus, et maintenant qu'elle a ouvert la porte, on va vouloir l'observer dans la pièce suivante.»   



AUSSI SUR MSN : Charlotte Bonnet championne d'Europe : comment la mort tragique de Camille Muffat a changé sa carrière

Relire la vidéo

Chaque semaine, ne manquez pas le meilleur de l'info!



Publicité
Publicité

Plus d'infos : Sports24.fr

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon