En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Garcia justifie son choix de faire l’impasse sur la Fed Cup

logo de Sports.fr Sports.fr 17/02/2017 Yannick Sagorin
Mladenovic et Garcia: Caroline Garcia répond à Kristina Mladenovic. (Reuters) © Fournis par Sports.fr Caroline Garcia répond à Kristina Mladenovic. (Reuters)

Vertement critiquée par ses homologues de l’équipe de France de Fed Cup, battues en son absence le week-end dernier en Suisse, Caroline Garcia, fraîchement éliminée du tournoi de Doha, a tenu à s’expliquer ce vendredi.

Elles n’ont pas été tendres avec Caroline Garcia. Elles, ce sont les joueuses de l’équipe de France de Fed Cup, éliminées par la Suisse, dimanche dernier à Genève, dès le 1er tour du tableau majeur. Même Kristina Mladenovic, sa partenaire de double favorite, y est allée de sa critique acerbe: "L’aventure est plus belle avec de vraies personnes, celles qui ont des valeurs, qui sont prêtes à mourir sur le terrain et qui ne sont pas égoïstes. Je préfère digérer une défaite avec un groupe soudé que de faire la fête avec une autre équipe. C’est peut-être dur, mais c’est la réalité…" Un message on ne peut plus clair.

Ouvertement attaquée pour avoir privilégié sa carrière, Caroline Garcia s’est défendue ce vendredi dans les colonnes de L’Equipe, au lendemain de son élimination du tournoi de Doha, devant la Tchèque Karolína Pliskova, n°3 mondiale (7-5, 6-4). "Je n’ai pas dit que j’étais contente de ne pas jouer la Fed Cup, souffle-t-elle d’entrée. J’ai déjà enchaîné Fed Cup et Doha. C’est très dur parce que tu voyages toute la journée de lundi et tu dois jouer dès le lendemain. Donc évidemment, pour le corps, ce n’est pas facile…"

Aussi l’intéressée assume-t-elle son choix, se voulant plus précise dans ses justifications: "La semaine dernière, je me suis entraînée en France. Ça fait du bien. La saison est longue et intense et il n’y a pas beaucoup de moment où on peut se poser, récupérer mentalement et je voulais avoir plus de temps pour m’entraîner tranquillement. L’année dernière, j’ai couru partout tout le temps." Et d’ajouter: "Les gens ne se rendent pas compte. J’ai joué en simple et en double, ce n’est peut-être pas un bon choix, je ne sais pas. Mais j’ai senti que j’étais épuisée. Ton corps te le fait sentir quand tu as trop poussé sur la machine. Et là il te dit: ‘Fais gaffe, t’es jeune mais faut faire attention’. Les semaines où je peux me poser chez moi et dormir dans mon propre lit, ce sont des semaines très importantes."

Publicité
Publicité

Plus d'infos : Sports.fr

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon