En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.
VIDÉO SUIVANTE
Un perroquet vous demande de «bouger les fesses»!

Prêtre égorgé: le dérapage d'une élue bretonne fait scandale

Compliquer de blaguer sur le drame de Saint-Etienne du Rouvray et la mort du père Jacques Hamel. Et pourtant certains l'ont tenté. "Du coup, le prêtre mort en martyr, il a le droit à 70 enfants de chœur au Paradis ?" a posté sur Twitter l'élue de la ville de Brest Julie Le Goïc. Un tweet de l'ex- Europe écologie les verts considéré par beaucoup comme un dérapage. Depuis sa publication, la femme politique vivrait un cauchemard. Elle a expliqué au Lab avoir reçu "environ 1.000 menaces de mort, de viol", comme en témoigne son compte Twitter où elle retweete des messages d'une extrême violence à son encontre. "J'ai fait une blague de mauvais goût, et j'ai eu la bêtise de la faire sur Twitter... J'ai un peu réveillé la fachosphère du coup" s'explique Julie Le Goïc. Malgré tout, elle dit toujours penser "que le droit à l'humour est plus que nécessaire". Mais peu semble être ceux qui ont ri à ce tweet qui fait polémique. 'Elle ne peut pas rester élue en tenant de tels propos" , explique au Lab le président du groupe des élus FN de Bretagne Gilles Pennelle qui réclame sa démission. Une opposition qui rappelle qu'elle appartient d'une certaine façon au bloc de gauche au sens large, et donc à la majorité qui gouverne. Une indignation qui ressort davantage que les soutiens plus discrets qu'elle aurait reçus de la part d'élus de la majorité.

Plus d’actualités de Dailymotion

Les dernières vidéos

image beaconimage beaconimage beacon