En utilisant ce service et le contenu associé, vous acceptez l’utilisation des cookies à des fins d’analyse, de publicités et de contenus personnalisés.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.
VIDÉO SUIVANTE
Musique : Boostee, quelque part entre rap et pop

Des «Poutine tours» sur les traces du président russe

"Voilà où notre magnifique président est né." La maternité Sneguerev de Saint-Pétersbourg, deuxième ville de Russie ; l'église où Vladimir Poutine a été baptisé en secret, sous Staline (les prémices d'une éducation chrétienne orthodoxe qui a sans doute contribué au virage religieux du pays...) ; la cour de l'immeuble où il a grandi ; le siège de l'ancien KGB où il s'engage dès la fin de ses études, gravissant la première marche vers le pouvoir… c'est l'itinéraire du "Poutine tour" qu'a suivi "Avenue de l'Europe". Extrait. Aux origines du langage fleuri du président russe Ces visites guidées font le plein de touristes russes, plus ou moins fans de leur président. On y apprend quelques anecdotes. Par exemple, que le petit Vladimir a grandi dans un quartier fréquenté par des voyous. C'était déjà la loi du plus fort. "Les expressions qu'il emploie sont souvent nées dans ces cours d'immeubles", explique le guide à son auditoire amusé. Le fameux "Il faut les buter [les terroristes tchétchènes] jusque dans les chiottes" aurait ainsi vu le jour dans cette cour, dans les années 60... Il y avait la Saint-Pétersbourg des tsars, il y a maintenant celle de Vladimir Poutine... Extrait de "Saint-Pétersbourg tourne le dos à l'Europe", un reportage diffusé dans "Avenue de l'Europe" le 15 février 2017.
image beaconimage beaconimage beacon