Polémique : dangereux implants

Elle s'appelait Edwige et faisait partie de ces 30.000 femmes qui portaient des prothèses mammaires de la société PIP. Des implants qui auraient la particularité de se rompre deux fois plus fréquemment que les autres. Problème supplémentaire, le gel silicone contenu à l'intérieur de ces prothèses serait destiné non pas à un usage médical mais à un usage industriel. Pour la famille d'Edwige et l'association des porteuses de prothèses PIP, il ne fait aucun doute que le lymphome qui a tué Edwige s'est développé à cause de son implant mammaire défectueux...

France 24

BFM Business