Bienvenue sur l'édition Afrique francophone de MSN. Retrouvez des actualités plus locales, issues en partie de médias africains.
Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Un continent perdu, englouti sous l’Europe il y a 120 millions d’années découvert par des chercheurs

logo de 20 Minutes 20 Minutes 17/09/2019 20 Minutes avec agence
Une cartographie du Grand Adria, un très vieux continent aujourd'hui disparu. © Douwe J.J.van Hinsbergen/Gondwana Research/ScienceDirect Une cartographie du Grand Adria, un très vieux continent aujourd'hui disparu.

ARCHÉOLOGIE - Grand Adria est entré en collision avec le plateau européen et la majorité du contient a glissé sous le manteau terrestre

Le bassin méditerranéen cacherait dans son sous-sol les vestiges du Grand Adria, un immense continent qui aurait percuté le sud de l’Europe il y a 120 millions d’années. Selon les géologues qui l’étudient depuis une dizaine d’années, la masse de terre serait née il y a 240 millions d’années.

Elle se serait détachée du Gondwana, l’un des deux seuls continents sur Terre à l’époque, selon une étude publiée le 3 septembre dans la revue Gondwana Research. Au moment du choc tectonique avec l’actuelle Europe, la quasi-intégralité de Grand Adria aurait glissé sous le « Vieux Continent ».

La Méditerranée, un « immense désordre géologique »

Il n’en serait resté que quelques petits morceaux à la surface. C’est l’analyse de ces pierres qui a permis aux chercheurs de confirmer l’existence de ce continent disparu et d’en déduire son histoire et son parcours. Un travail d’envergure : les restes du Grand Adria sont disséminés dans une trentaine de pays, entre l’Espagne et l’Iran.

« La région méditerranéenne est tout simplement un immense désordre géologique », a expliqué Douwe van Hinsbergen, coauteur de l’étude, dans la revue Science. « Tout y est incurvé, en morceaux et sur plusieurs couches. » Les chercheurs ont donc eu besoin de temps pour réunir la matière en effectuant des fouilles à de nombreux endroits.

Ils ont aussi dû développer des logiciels capables d’analyser cette immense masse de données. D’autres experts ont utilisé des instruments de tomographie sismique. Cela leur a permis de conclure que certaines parties de Grand Adria se sont enfoncées jusqu’à 1.500 km sous le manteau terrestre européen.



AUSSI SUR MSN : De l'eau découverte autour d'une exoplanète potentiellement habitable : un coauteur de l'étude explique

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Publicité
Publicité

Plus de 20 Minutes

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon