Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

«Le pape François est le premier employeur de pédophiles au monde»

logo de Le Soir Le Soir 12-03-18 Le Soir

Le 13 mars 2013, Jorge Bergoglio devenait le 266e pape de l’Église catholique. Cinq ans plus tard, François traverse la première réelle crise de son pontificat. Son traitement des affaires de pédophilie suscite de sérieuses critiques et jette le trouble sur la volonté du souverain pontife d’appliquer une « tolérance zéro ».

© Fournis par Le Soir

Son élection a profondément changé l’image de l’Église catholique. Pape superstar dans les premières années de son pontificat, François séduit à travers le monde par sa simplicité, son apparente ouverture sur des questions comme la place des femmes dans l’Église ou l’homosexualité, sa volonté farouche de faire le ménage au sein de la Curie romaine, et son franc-parler. Pourtant, après cinq années au Vatican, l’évêque de Rome déçoit. Son voyage au Chili, où il s’est affiché plusieurs fois aux côtés de l’évêque Barros, accusé par les associations de victimes chiliennes d’avoir couvert plusieurs prêtres pédophiles, ne passe pas. Depuis lors, les critiques pleuvent. La volonté du Souverain pontife d’appliquer la « tolérance zéro » est même remise en question.

François Devaux est le président de l’association française d’aide aux victimes d’abus au sein de l’église, « La Parole libérée », qui a rassemblé les témoignages à l’origine du scandale de pédophilie du diocèse de Lyon.

Il était présent au Chili et y a rencontré une série d’autres associations de victimes de différents pays. Son point de vue est très clair : en matière de prise en charge de la pédophilie par l’Église, tous les voyants sont au rouge.

La gestion des problèmes de pédophilie par le pape François fait l’objet de plus en plus de critiques. Son attitude au Chili vous a déçu ?

En réalité, il n’y a pas que le Pape. Nous avons commencé par interpeller les prêtres, puis les cardinaux, la conférence des évêques, le nonce… pour en arriver à envoyer plusieurs courriers au Pape. A ce jour, ces courriers sont toujours sans réponse. Nous, toutes associations confondues, en arrivons tous au même constat : à chaque fois, on croit que le Pape va agir, mais il ne réagit jamais. Son discours est très loin de la réalité. Tous les voyants sont au rouge ! Et nous n’avons aucun élément qui indique que les choses vont changer prochainement. Il n’existe pas un seul pays où l’Église est solidement implantée qui n’ait pas connu un scandale de pédophilie. Partout, les évêques ne font que déplacer les prêtres problématiques. C’est aberrant : remplacez “pédophiles” par “terroristes”. Une personne commet un attentat… et on l’envoie ailleurs ? Or, quel signal positif a envoyé François ?

Lorsqu’il est devenu Pape, il a mis en place une première « commission de protection des mineurs »… dont ont démissionné deux victimes dénonçant les réticences internes à faire avancer les choses.

Cette commission a travaillé pendant trois ans, bénévolement. Elle a pu entrevoir le Pape pendant cinq minutes. Elle a remis un rapport en septembre dernier avec plusieurs recommandations, toujours sans réponse. Il était notamment question de lever le secret pontifical en cas d’agression sexuelle, de mettre en place des tribunaux pour les évêques qui ont protégé des pédophiles, etc. Rien de tout cela n’est concrétisé. Au contraire. En décembre dernier, le Pape a célébré les obsèques du cardinal Law (l’ancien évêque de Boston qui a couvert près de 90 prêtres abuseurs, au cœur du scandale révélé par le « Boston Globe » en 2002. NDLR.). Le Cardinal Georges Pell, qui était déjà soupçonné d’avoir couvert des cas de pédophilie (et qui est désormais accusé d’attouchements. NDLR) est à peine suspendu de ses fonctions, pour lui permettre d’aller défendre son dossier devant le tribunal australien. Et c’est le numéro 3 du Vatican ! Le Pape n’a toujours pas dit un mot à ce sujet ! Quand on prône la tolérance zéro et qu’on est face à de tels chiffres – car c’est un problème mondial ! –, comment peut-on ne rien dire ? Le Pape est tout de même le premier employeur de pédophiles au monde !

L’image de François, sa « tolérance zéro », c’est une escroquerie ?

Nous avons un sentiment de trahison ! L’image papale est en train de s’effondrer. Il constituait le dernier rempart. Quand on a interpellé les prêtres, les évêques, les cardinaux, la dernière caution morale, c’est le Pape. On a voulu croire qu’il était peut-être mal informé. Mais le Pape est la personne la mieux informée sur cette terre, avec Donald Trump. Cela devient très compliqué de trouver des excuses à François. Ce silence de l’Église est coupable ; il est au moins aussi grave que les faits commis. Voire pire.

Vous n’attendez donc plus rien du Pape et de l’Église…

Comment pourrais-je encore en attendre quelque chose ? Au Chili, nous nous sommes rassemblés avec des associations de tous les pays. C’est le point de départ d’une organisation internationale. Nous y travaillons mais c’est très compliqué à mettre en place. L’idée est de constituer une forme de contre-pouvoir face au Vatican, d’être plus pressant en termes de contraintes. La stratégie est de viser l’opinion publique. Soit l’Église change, s’adapte, se réforme, soit elle périclitera car face à l’ampleur des scandales de pédophilie, les fidèles s’en iront. Il n’y a que la médiatisation qui fonctionne face à l’Église, mais c’est la même chose avec l’affaire Weinstein, par exemple. C’est la seule arme contre un tel pouvoir. François aurait pu changer quelque chose, mais il a perdu son ticket. Il faudra attendre le prochain ! Nous n’avions pas atteint ce niveau de perte de confiance avec Jean-Paul II ou Benoît XVI. Son pontificat s’effondre.



AUSSI SUR MSN : Eurozapping : des racistes emprisonnés en Allemagne, le Vatican canonise la voix des sans-voix

Relire la vidéo

Vidéo fournie par France Info

Chaque semaine, ne manquez pas le meilleur de l'info!


Publicité
Publicité

Le Soir

image beaconimage beaconimage beacon